Accueil > Sécurité > Android : 90% des apps envoient vos données à Google et Facebook
android données google facebook

Android : 90% des apps envoient vos données à Google et Facebook

Sur Android, près de 90% des applications disponibles sur le Play Store envoient les données personnelles de leurs utilisateurs à Google, Facebook, Twitter, Verizon, Microsoft, Amazon et autres géants de la tech. C’est ce que révèle une vaste étude menée par les chercheurs de l’Université d’Oxford.

Les pratiques de collecte de données personnelles par les géants de la tech dépassent tout ce que nous pouvons imaginer. Saviez-vous, par exemple, que la plupart des applications transfèrent vos données à cinq entreprises spécialisées dans le tracking ? Et que ces entreprises se chargent ensuite de renvoyer les données à des entreprises comme Google, Facebook et Amazon ?

C’est ce que révèlent les chercheurs de l’Université d’Oxford, après avoir analysé le code de 959 000 applications sur les versions américaines et britanniques du Google Play Store des smartphones Android.

Selon cette étude, 88,44% des applications tierces envoient des données à Alphabet, la maison-mère de Google. De même, 42,55% transfèrent les données à Facebook, 33,88% à Twitter, 26,27% à Verizon, 22,75% à Microsoft, et 17,91% à Amazon.

Parmi les différentes informations partagées par les applications tierces, on compte l’âge, le genre, ou encore la position géographique de l’utilisateur. Ces données permettent ensuite de créer un profil détaillé de chaque individu.

Ce profil peut notamment renseigner sur les habitudes d’achat, la classe socio-économique ou les opinions politiques de la personne. Il peut être utilisé pour des fins variées comme le ciblage publicitaire, le scoring de crédit, ou l’envoi de messages de campagne politique ciblés.

Android : les applications pour enfants sont les plus avides de données

données enfants android

L’étude révèle aussi que certaines catégories d’applis collectent davantage de données que d’autres. Les applications d’actualités et celles destinées aux enfants sont celles qui sont affiliées au plus grand nombre de trackers tiers.

D’ailleurs, les chercheurs mettent en avant le caractère potentiellement illégal de la collecte de données d’enfants sans consentement explicite de leurs parents. La collecte illégale de données d’enfants sur Android avait déjà été mise en lumière en avril 2018 par une étude menée par l’International Computer Science Institute.

Suite à la publication de cette étude, Google a réagi en critiquant la méthodologie utilisée par les chercheurs d’Oxford. Selon la firme californienne, l’étude interprète de manière incorrecte des services ordinaires tels que le signalement et l’analyse de de plantage et la façon dont application partagent ces données pour offrir ces services.

Google ajoute que les règles d’utilisation des données personnelles sont fixées clairement pour les développeurs d’applications tierces. Si les développeurs ne font pas suffisamment preuve de transparence et si une application ne respecte pas les règles, la firme sévit immédiatement. De leur côté, Facebook, Verizon, Amazon et Twitter n’ont pas encore réagi.

Selon Privacy International, cette étude d’Oxford démontre que l’appétit des géants de la tech pour les données est devenu  » excessif « . Il est malheureusement devenu impossible pour l’utilisateur moyen de comprendre ce qu’il advient de ses données et d’en reprendre le contrôle. Désormais, les données ne sont plus un moyen pour ces entreprises de proposer des publicités pertinentes. Il s’agit d’une  » façon de maximiser ses revenus au détriment des droits fondamentaux des utilisateurs « .

1 commentaire

  1. Un lecteur concerné

    Très drôle de lire cet article et de voir du google analytics et autres merdes sur la même page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend