Accueil > Business > Nations Unies : le Big Data pour aider les fermes des pays pauvres
nations unies big data fermes

Nations Unies : le Big Data pour aider les fermes des pays pauvres

Les Nations Unies veulent utiliser le Big Data pour aider les agriculteurs des pays les plus pauvres du monde. En partenariat avec la Bill and Melinda Gates Foundation, la FAO compte investir 500 millions de dollars pour collecter des données plus précises sur les activités des fermiers les plus démunis.

A l’heure actuelle, la majorité des données sur l’agriculture rurale à l’échelle mondiale sont collectées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’organisation se base principalement sur des rapports en provenance des nations, bien souvent incomplets.

Même dans les pays qui collectent des informations détaillées par le biais de sondages, les données sont bien souvent obsolètes. De plus, de nombreux pays n’ont pas les moyens nécessaires pour organiser ces sondages régulièrement. De fait, il existe un véritable gouffre d’informations sur les activités d’environ 500 millions de fermiers vivant dans la pauvreté dans une cinquantaine de pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud.

Afin de remédier au problème, la FAO vient de créer une coalition avec la Bill and Melinda Gates Foundation et divers gouvernements nationaux. Cette coalition va investir 500 millions de dollars afin d’aider les pays en développement à collecter des données sur les fermiers par le biais de sondages plus approfondis.

Ces sondages permettront notamment de collecter des informations sur la gestion du bétail, sur le rendement des récoltes, les variétés de graines utilisées, les revenus, ou encore les capacités technologiques des fermiers. Les sondages en question seront également mieux focalisés, plus rapides et moins chers. Ceci permettra aux pays de collecter des données avant et après chaque récolte.

Les gouvernements recevront également un support un soutien technique pour l’implémentation des sondages et l’utilisation des données collectées. En retour, les gouvernements devront progressivement augmenter leur propre financement du programme.

Les Nations Unies ont besoin de plus de données pour aider les agriculteurs

données agricoles

Cette initiative pourrait permettre de lutter contre la famine, et de promouvoir le développement rural. Les membres de la coalition pourront surveiller si leurs investissements font une différence, et les gouvernements pourront modifier leur politique afin d’aider les agriculteurs.

Ce programme pourrait aussi aider les Nations Unis à atteindre leurs buts en matière de développement durable, visant à réduire la pauvreté et à améliorer la qualité de vie dans les pays les plus pauvres. L’un des objectifs est de doubler la productivité agricole et les revenus des petits fermiers.

À partir de 2019, les membres de la coalition prévoient d’investir 36 millions de dollars en trois ans. D’ici 2030, 200 millions de dollars supplémentaires seront investis. Le reste des 500 millions de dollars proviendra des gouvernements participants et de contributions volontaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend