parler cloud cancel culture

Banni d’Apple, Google et AWS, Parler lance son propre Cloud contre la Cancel Culture

Parler, le réseau social controversé d’extrême droite banni par AWS, Apple et Google, a décidé d’entrer en guerre contre la Cancel Culture et devenir lui-même fournisseur de services cloud et d’hébergement web pour toutes les plateformes rejetées d’internet…

En 2021, le réseau social Parler suscitait la controverse à cause de son rôle dans l’assaut du Capitole par les partisans de Trump survenu le 6 janvier. L’application avait été bannie de l’App Store d’Apple et du Play Store de Google, avant d’être également reniée par le cloud Amazon Web Services.

Toutefois, Parler n’avait pas dit son dernier mot. Suite à son retour en février 2021, le réseau social vient d’acquérir l’entreprise Dynascale Inc : un service d’hébergement web et de stockage cloud basé à Irvine, en Californie.

pcloud black friday 2022

Désormais renommée Parlement Technologies, la plateforme a pour ambition de devenir le fournisseur de cloud de toutes les applications rejetées d’internet à cause de leurs opinions conservatrices.

Selon le CEO George Farmer, « nous entrons dans une nouvelle ère en tant que Parlement Technologies, allant bien au-delà des limites d’une plateforme de réseau social dédiée à la liberté d’expression. Nous sommes convaincus que Parlement Technologies va alimenter le futur. Et le futur n’est pas annulable ».

Une pique explicite lancée à la « cancel culture » ou culture de l’annulation : une pratique d’origine américaine consistant à dénoncer publiquement les groupes ou individus responsables d’actes perçus comme inadmissibles en vue de les ostraciser.

En parallèle à ce changement de cap, Parler annonce avoir levé 16 millions de dollars en série B pour un total de 56 millions de dollars jusqu’à présent. Cette somme a notamment permis l’acquisition de Dynascale et de plus de 4600 mètres carrés d’espace pour ses serveurs.

L’ancien président de Dynascale Inc, Igor Shalkevich, aura désormais le rôle de cadre au sein de l’entreprise et assure être « très honoré de servir d’ancre pour construire ce qui va devenir un écosystème complet pour sécuriser l’infrastructure des entreprises et aider à amplifier les plateformes de libre expression ».

Parler acquiert Dynascale pour combattre la Cancel Culture

Depuis ses débuts, Parler se distingue des autres réseaux sociaux par une modération très laxiste permettant une liberté d’expression totale. Toutefois, cette plateforme a été utilisée par les insurgés américains pour coordonner l’invasion du Capitole organisée le 6 janvier 2021.

Suite à cet événement, Apple et Google ont banni l’application de leurs boutiques et Amazon Web Services a refusé de continuer à l’héberger sur son cloud.

Le réseau social a fait son retour quelques mois plus tard, notamment grâce au financement de la conservatrice Rebekah Mercer. L’appli a d’ailleurs été à nouveau admise sur le Google Play Store au début du mois de septembre 2022.

D’autres plateformes conservatrices ont subi le même traitement que Parler au fil des derniers mois. Par exemple, le réseau social Kiwi Farms dérivé de 4chan a été renvoyé par plusieurs hébergeurs web avant de finir sur VanwaTech.

Le site neo-nazi Daily Stormer a été banni de Google et GoDaddy suite au rally suprémaciste blanc de Charlottesville en 2017. De même, le théoricien du complot Alex Jones a été rejeté de multiples plateformes majeures telles que Facebook et YouTube.

Le but de Parlement Technologies est de devenir fournisseur de services cloud et d’hébergement pour tous les parias d’internet, toutes les plateformes et les personnalités rejetées du web à l’aide de l’infrastructure existante de Dynascale…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest