soins de santé iot chirurgicaux intelligence artificielle

Démocratiser la qualité des soins chirurgicaux grâce à l’intelligence artificielle

Une équipe canadienne a mis au point un modèle d’intelligence artificielle pour aider les chirurgiens dans leur travail et réduire le risque d’erreurs en bloc opératoire.

Selon l’un de ses concepteurs, le Dr Amin Madani, ce nouvel outil peut contribuer à démocratiser la qualité des soins chirurgicaux dans le monde. « C’est un système conçu pour aider les chirurgiens, comme une deuxième paire d’yeux », a expliqué celui-ci dans une interview accordée à CTV News.

Un programme d’intelligence artificielle au service des soins chirurgicaux

Le programme d’intelligence artificielle a été initialement développé pour l’une des interventions chirurgicales les plus courantes : la chirurgie de la vésicule biliaire.

Cette opération se fait généralement en insérant une caméra dans une partie du corps, puis en affichant les images sur un moniteur. L’équipe canadienne a entraîné son programme d’IA avec des séquences vidéo obtenues de la sorte.

Résultat : Les chirurgiens qui ont testé le programme ont été à même de distinguer encore plus finement les zones du corps qui peuvent être opérées en toute sécurité de celles qui présentent un risque pour le patient. En d’autres termes, l’IA a pu les aider dans leur tâche, cela notamment en renforçant leur précision.

« Si vous voulez, c’est un peu comme votre Google Maps quand vous conduisez, mais pour la chirurgie », s’est félicité M. Madani.

Démocratiser les soins chirurgicaux de qualité dans le monde

Encore à l’état de prototype, le modèle d’IA n’a pas encore été utilisé dans les conditions réelles d’un bloc opératoire. La prochaine étape consistera donc à l’utiliser dans une véritable salle d’opération, le but ultime étant d’apporter une valeur ajoutée aux patients.

« Pour l’instant, nous en sommes encore à la phase de recherche », a déclaré M. Madani. « Pour la mise en œuvre à grande échelle, nous avons encore du chemin à parcourir », a-t-il par la suite ajouté.

Etant donné que ce sont les populations des pays ruraux et en développement qui sont les plus touchées par les complications chirurgicales, cette utilisation particulière de l’intelligence artificielle constitue, toujours selon M. Madani, un moyen de « démocratiser » les soins chirurgicaux de qualité à travers le monde.

« Nous avons mis au point un outil capable de capturer l’esprit et le processus de réflexion non pas d’un seul chirurgien expert, mais d’un groupe de chirurgiens experts, afin de pouvoir diffuser ces informations dans toutes les salles d’opération du monde. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest