Accueil > Intelligence artificielle > Google ouvre un centre d’intelligence artificielle en Afrique
google centre ia afrique

Google ouvre un centre d’intelligence artificielle en Afrique

Google vient d’ouvrir un centre d’intelligence artificielle à Accra, capitale du Ghana. Si le géant californien a déjà ouvert de tels centres en Europe, en Amérique et en Asie, il s’agit d’une grande première en Afrique.

En mars 2019, Microsoft inaugurait son premier Data Center africain, devenant le premier fournisseur Cloud majeur à ouvrir un centre des données sur le continent. Aujourd’hui, c’est au tour de Google de s’étendre en Afrique avec l’ouverture d’un centre dédié à l’intelligence artificielle à Accra, capitale du Ghana.

Initialement annoncé en 2018, le centre accueillera les meilleurs chercheurs et ingénieurs en Machine Learning pour collaborer sur des projets de recherche et d’applications liés à l’IA. Des partenariats avec des universités et des institutions locales seront mis en place, et Google contribuera aussi avec les législateurs locaux pour permettre le développement de l’intelligence artificielle en Afrique.

Google veut faciliter l’accès de l’Afrique aux nouvelles technologies

Ce nouveau centre vient s’ajouter à ceux déjà ouverts par Google à Tokyo, Zurich, New York ou encore Paris. Le géant de Mountain View est convaincu que l’Afrique représente l’avenir, et s’est d’ailleurs associé l’an dernier avec Facebook pour proposer des formations d’intelligence artificielle sur le continent.

Selon la firme, ses différents programmes de formation au numérique vont permettre à 10 millions d’Africains d’acquérir de nouvelles compétences. Plus de deux millions d’étudiants ont déjà été diplômés, et plus de 100 000 développeurs et 60 startups ont profité du programme Goolgle Launchpad Accelerator Africa.

De plus, avec son projet Google Station, l’entreprise américaine cherche à améliorer la stabilité et étendre la couverture des réseaux WiFi publics auxquels se connectent la plupart des internautes africains. Rappelons en effet que seuls 35% des Africains ont accès à internet à l’heure actuelle, contre 95% d’Américains du Nord, 85% d’Européens, 67% d’Américains du Sud, et 48% en Asie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend