IA-Stuart Russell

Les puces créées par l’IA seront 1000 fois plus puissantes dans 10 ans

Depuis 1980, l’homme cherche à intégrer l’automatisation lors de la fabrication des puces électroniques. Aujourd’hui, grâce à l’IA qui intervient dans le processus, les résultats sont bien meilleurs. Aart de Geus, PDG de Synopsys est même convaincu que cette élancée permettra de rendre les puces 1000 fois plus performantes dans la prochaine décennie.

L’IA prend place dans la conception des puces

Suite à une interview avec VentureBeat, De Geus déclare que le logiciel de l’entreprise se sert de l’IA dans la conception de ses puces. Alors que ces produits étaient auparavant réalisés par l’homme, l’intervention de l’IA a permis une nette amélioration. Cadence Design Systems, le concurrent de Synopsys s’est même lancé dans cette activité. De son côté, Synopsys, lui, cherche à mettre la chaîne en valeur au lieu de rendre obsolète les architectes de puces conventionnelles.

Auparavant, la société était pointée de doigt par environ 3 % des designers. Toutefois, les 97 % restants ont vu les choses de manière positive dans la mesure où ils peuvent faire plus de choses, et ce, beaucoup plus rapidement. De Geus s’attend à ce qu’il se produise la même chose avec « l’automatisation des logiciels de conception (DSO)». Cette technologie est tellement puissante qu’elle peut voir et comprendre au-delà des capacités humaines.

La performance des puces sera multipliée par 1000

De Geus évoquera, par ailleurs, cette « approche IA dans la conception de puces » durant Hot Chips, une conférence virtuelle sur les puces électroniques. Grâce à l’IA, Synopsys apportera sa pierre à l’édifice en augmentant de 1 000 fois la performance des puces dans les 10 années à venir. Cet objectif reste fidèle à la voie de Moore qui, rappelons-le, consiste à doubler la performance des puces tous les deux ans. Certes, l’ambition est très élevée. Toutefois, le PDG de Synopsys reste très confiant à ce sujet. « Cette nouvelle ère passe d’une complexité d’échelle à une complexité systémique » ajoute-t-il.

D’où provient cette automatisation de la conception ?

En 1986, c’est en tant qu’entreprise de logiciels d’automatisation de la conception électronique (EDA) que Synopsys a été déployée. Rien qu’en 2020, celle-ci a vu son chiffre d’affaires frôler les 3,69 milliards de dollars. Alors qu’à ses débuts, Synopsys utilisait une sorte d’IA qui ressemblait davantage à un logiciel de traduction, le parcours ainsi que le progrès de la société sont notables.

On notera d’ailleurs que la synthèse logique de l’entreprise se sert d’une conception de puce sous la forme d’une spécification abstraite de ses circuits logiques. Cela se fait au niveau du RTL. La société transforme ensuite cette conception en une « implémentation de conception en termes de portes logiques ». La conversion physique pourra ensuite être effectuée.

Cette synthèse logique a, selon De Geus, participé au lancement de l’ère numérique. Elle serait même à l’origine de son exponentielle croissance 35 ans après sa création. En effet, l’industrie de l’EDA a enregistré de 10 millions de fois la productivité de la fabrication de puces électroniques.

Sources & crédits Source : venturebeat - Crédit :

Pin It on Pinterest