Ukrainiennes IA

Comment les Ukrainiennes utilisent Tinder et l’IA pour piéger les Russes

Un nouveau genre de guerre est en marche, une guerre de renseignements où les femmes ukrainiennes et l’IA jouent un rôle de la séduction afin de piéger les Russes.

Le monde de l’espionnage a toujours été entouré de mystère et de stratégies inventives. Time a déclaré que les Ukrainiennes tendent un piège aux soldats russes avec l’IA et des faux comptes sur les sites de rencontres en ligne. Cependant, leur plan a bien marché car ils ont pu soutirer des informations concernant leur adversaire.

Femmes ukrainiennes : des images générées par l’IA pour séduire les soldats russes

Selon un rapport du Times, les femmes ukrainiennes utilisent l’IA et les applications de rencontres en ligne comme de véritables champs de bataille. Leur arme ? Des profils aux images générées par l’IA pour attirer les soldats russes. Ce n’est pas par amour qu’elles le font, mais pour recueillir des informations précieuses sur l’état des forces militaires Russes.

Dans cette bataille de l’ombre, les soldats russes partagent sans le savoir des informations cruciales avec ces femmes, qui les transmettent ensuite à l’armée ukrainienne. Parmi ces informations, le nombre de soldats, la quantité d’équipement militaire, les succès ou échecs d’opérations, ou encore les difficultés logistiques.

Une stratégie audacieuse et sans remords

Certes, des Ukrainiennes utilisent ce faux compte avec des images d’IA pour espionner les soldats russes. Dans ce cas, Angelina, l’une de ces femmes, ne cache pas sa stratégie. Elle avoue que ces photos de profil sont générées par l’IA. En vérité, elle utilise un pseudonyme pour attirer les hommes partageant des photos en uniforme militaire en ligne. Effectivement, son plan a bien fonctionné. Les soldats, charmés, lui révèlent sans le savoir des informations précieuses qu’elle transmet ensuite à l’armée ukrainienne.

De son côté, Masha, une autre femme ukrainienne, cherche à éviter les hommes trop « excités » car ils sont moins susceptibles de parler d’autre chose. Les deux femmes se moquent des soldats, qu’elles appellent des « orcs », une appellation péjorative couramment utilisée par les Ukrainiens pour décrire les Russes pendant la guerre.

Angelina a réussi à discuter avec Maxim Korneev, un soldat russe, révélant des informations contredisant Poutine sur l’armée. De plus, un autre soldat l’a demandée en mariage. Il espère la persuader avec des promesses d’indemnités en cas de blessures de guerre.

Pour ces femmes, cette stratégie ne suscite aucun remords. Au contraire, Angelina espère même que leurs actions puissent nuire aux soldats russes. Après tout, son frère est mort à la guerre. En Ukraine, cette stratégie n’est pas inhabituelle. Un groupe ukrainien s’est inspiré de OnlyFans et a vendu des photos d’eux pour financer l’armée. Dans cette guerre moderne, chaque bit d’information compte, et les femmes ukrainiennes et l’IA se retrouvent en première ligne de cette guerre de l’ombre.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *