sensetime

Intelligence artificielle : Le succès en Bourse du leader chinois SenseTime ne se dément pas

SenseTime continue de surfer sur la vague du succès. Le cours de la société d’intelligence artificielle a en effet augmenté de plus de 85 % depuis son introduction à la Bourse de Hong Kong, il y a de cela quelques semaines.

Sa capitalisation boursière oscille ainsi actuellement autour de 30,6 milliards de dollars. Une ascension extrêmement rapide pour une firme accusée d’être complice de violation des droits humains.

Pour rappel, SenseTime est accusée par les Etats-Unis de participer à la répression institutionnalisée des Ouïghours, une population de confession musulmane qui se trouve majoritairement dans la province du Xinjiang (Ouest de la Chine). La société dirigée par le Chinois Xu Li  continue de nier ces allégations.

SenseTime, les pouvoirs publics chinois derrière l’ascension fulgurante de la société

SenseTime doit son succès actuel à son algorithme d’apprentissage profond, qu’elle a transformé en un logiciel de reconnaissance faciale commercialement viable. La jeune société d’intelligence artificielle, fondée en 2014, compte désormais HNA Group, China Mobile et Huawei parmi ses principaux clients.

Au-delà de ces grandes entreprises, le gouvernement chinois est également devenu l’un de ses plus fidèles soutiens. Pékin utilise en effet désormais le logiciel de reconnaissance faciale de SenseTime partout où cela est possible : caméras de sécurité, smartphones, etc. Un appui marqué qui permet à cette dernière de ne pas trop craindre l’avenir malgré de très sérieuses menaces qui pèsent sur elle.

Ainsi, en 2020, près de 40 % des revenus de SenseTime provenaient de contrats gouvernementaux pour les villes intelligentes. Les technologies de reconnaissance faciale et de police prédictive étaient particulièrement prisées par les pouvoirs publics chinois.

S’aligner avec les objectifs d’autosuffisance technologique de Pékin

Toutefois, il convient de noter que dépendre des contrats de l’Etat a aussi ses propres défis. « Faire des affaires avec le gouvernement est difficile. Ils ne veulent pas de produits ou de solutions standardisés, mais des solutions adaptées à leurs besoins spécifiques. Ce n’est pas ainsi que les entreprises veulent mener leurs affaires », a récemment soutenu un analyste financier qui s’est exprimé dans les colonnes du quotidien britannique Financial Times.

Mais pour les investisseurs technologiques échaudés par l’assaut réglementaire de Pékin contre les principales sociétés Internet du pays, le chemin de la rentabilité de SenseTime importe moins que le soutien du gouvernement.

Alors que les entrepreneurs Internet célèbres, tels que Jack Ma, fondateur d’Alibaba, commencent peu à peu à se retirer dans l’ombre, une nouvelle génération de leaders technologiques, tels que Xu Li, est en train d’émerger. Une classe d’entrepreneurs dont les objectifs s’alignent étroitement sur l’objectif de Pékin de devenir une superpuissance technologique autosuffisante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest