Pourquoi Ridley Scott (Napoléon) compare l'IA avec la bombe à hydrogène ?

Pourquoi Ridley Scott (Napoléon) compare l’IA avec la bombe à hydrogène ?

En pleine promotion de son dernier film « Napoléon », le célèbre réalisateur américain Ridley Scott s’est livré à des réflexions franches sur l’IA qui prolifère, dit-il, de façon incontrôlée au sein de la société. Il va jusqu’à comparer cette technologie à une bombe à hydrogène. Voici pourquoi. 

Ridley Scott inquiet face aux progrès rapides de l’IA

Blade Runner, un des films de Ridley Scott, dépeint un avenir dominé par des sociétés colossales et des androïdes sophistiqués appelés réplicateurs. Cette fiction résonne aujourd’hui comme un écho aux craintes du réalisateur qui spécule sur le potentiel de l’IA à dépasser le contrôle humain.

À terme, il craint que cette technologie ne puisse manipuler des systèmes vitaux et des infrastructures critiques, explique-t-il lors d’une interview accordée au magazine Rolling Stones. Il soulève notamment la complexité de la réglementation de l’intelligence artificielle, comparant l’IA débridée à une bombe à hydrogène, capable de paralyser les réseaux financiers et électriques de la planète.

Pour Scott, il est tout à fait possible pour l’IA de transcender la supervision humaine et d’initier un changement de paradigme irréversible. Scott se dit inquiet quant à la trajectoire que l’IA prend dans la société, plus particulièrement dans le secteur de l’art, de la création et de l’industrie du divertissement.

L’art, l’innovation et le divertissement doivent naître de l’âme humaine

Si Scott affiche un certain pessimisme par rapport au boom incontrôlé de l’IA, sa vision des choses n’est pas totalement dystopique. Il est convaincu que les machines n’auront jamais la capacité d’imiter la qualité inhérente de la créativité humaine. « Il y a quelque chose de non créatif dans les données », souligne-t-il. 

Tim Burton, le réalisateur de Beetlejuice rejoint Scott à ce sujet. Pour lui, l’IA supprime « l’âme » de l’art. James Cameron qui a réalisé le film apocalyptique Terminator a également toujours émis des réserves par rapport à l’IA. Il se dit particulièrement inquiet pour sa part de la militarisation de l’IA, confiait-il à CTV News il y a quelques mois. 

Tout cela étant dit, il faudrait néanmoins reconnaître que l’IA offre des opportunités uniques aux créateurs de divertissement. La technologie permet par exemple aux cinéastes de créer des visuels inédits ou d’appuyer les réalisateurs dans les effets spéciaux et les bandes sonores. L’IA est là pour rester. Reste à trouver le bon équilibre homme-machine

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *