intelligence artificielle métavers traduction meta

Meta crée une IA de traduction universelle pour le métavers

Meta veut créer une intelligence artificielle capable de traduire tous les langages du monde en temps réel. Une telle IA permettrait à tous les humains de communiquer librement dans le métavers…

Fin 2021, Facebook a changé de nom pour devenir Meta. Désormais, la priorité du géant américain est la création d’un métavers : un univers virtuel complet parallèle au monde réel.

Dans ce cadre, la firme annonce aujourd’hui un nouveau projet de recherche IA. L’objectif est la création d’un logiciel de traduction universel basé sur l’intelligence artificielle.

Ce projet vient d’être dévoilé dans le cadre d’un événement visant à présenter les bienfaits potentiels du métavers. Selon le CEO Mark Zuckerberg, «  la capacité de communiquer avec n’importe qui dans n’importe quel langage est un superpouvoir dont les gens rêvent depuis toujours, et l’IA va nous le permettre « .

Comme le rappelle Meta, les outils de traduction actuels sont performants pour les langages les plus communs comme l’anglais, le mandarin ou l’espagnol. Toutefois, près de 20% de la population mondiale ne parle pas les langages couverts par ces systèmes.

Et bien souvent, il n’existe pas suffisamment de corpus de texte pour entraîner les IA sur des langages moins répandus. Certains langages n’ont même pas de système d’écriture standardisé.

Une IA de traduction universelle en temps réel

L’ambition de Meta est de surmonter ces barrières grâce au Machine Learning. La firme se focalisera tout d’abord sur le volet  » No Language Left Behind «  (aucun langage laissé derrière) et développera des modèles IA capable de traduire un langage en utilisant moins d’exemples d’entraînement.

Le second volet  » Universal Speech Translator «  aura pour but de développer des systèmes pouvant traduire le discours en temps réel d’un langage vers l’autre sans avoir besoin d’un composant écrit intermédiaire comme c’est très souvent le cas avec les applis existantes.

Selon l’entreprise, «  éliminer les barrières du langage permettrait à des milliards de personnes d’accéder à l’information en ligne dans leur langage natif ou préféré. Les avancées dans le Machine Learning n’aideront pas seulement les personnes ne parlant pas l’un des langages dominant l’internet, mais changeront fondamentalement la façon dont les personnes se connectent et partagent leurs idées « .

De plus, cette technologie serait très bénéfique pour les produits Meta distribués dans le monde entier. Il serait possible d’étendre leur portée, et de les transformer en outils de communication universels.

Selon le billet de blog de la firme, cette application serait une  » killer app  » pour les futures lunettes de réalité augmentée comme celles qu’elle développe actuellement. Elle permettrait aussi d’effacer les frontières dans les espaces VR / AR comme le futur métavers.

D’importants défis à relever

Il sera toutefois nécessaire de surmonter les problèmes des technologies de traduction actuelles. Ces outils passent souvent à côté de nuances essentielles pour les interlocuteurs humains. En 2017, un homme palestinien avait écrit  » bonjour  » en arabe sur Facebook, mais la plateforme avait traduit sa phrase par  » blessez-les  » en anglais et  » attaquez-les  » en Hébreux. Il avait été arrêté par la police israélienne.

L’autre problème à résoudre sera celui de la modération des discours haineux, que Meta peine pour l’instant à appliquer sur ses réseaux sociaux comme Facebook et Instagram. Il est très difficile pour l’IA de détecter de tels discours dans d’autres langages que l’anglais.

Pour l’heure, les chercheurs de Meta ne précisent pas à quelle date ces projets seront achevés. Aucune feuille de route n’indique les étapes à franchir pour atteindre l’objectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest