apple store reconnaissance faciale

Reconnaissance faciale : accusé à tort, un ado réclame 1 milliard à Apple

Accusé à tort d’avoir dévalisé plusieurs Apple Store américains, un jeune new-yorkais porte plainte contre Apple et réclame un milliard de dollars de dédommagement. Il estime que le système de reconnaissance faciale d’Apple l’a associé à fort au véritable coupable…

Le 29 novembre 2018, le jeune Ousmane Bah était arrêté par la police de New York. Âgé de 18 ans, le jeune new-yorkais était accusé d’avoir dévalisé les Apple Store de Boston, New Jersey, Delaware et Manhattan. En réalité, il était innocent. Le véritable coupable s’était servir d’une fausse carte d’identité volée regroupant son nom, son adresse et d’autres informations personnelles.

Néanmoins, et c’est le détail le plus important de cette histoire, cette carte d’identité volée était dépourvue de photo. C’est la raison pour laquelle Ousmane Bah a décidé de porter plainte contre Apple, accusant la firme californienne d’avoir programmé le système de reconnaissance faciale de ses boutiques pour associer le visage du voleur à ses informations personnelles. Il réclame un milliard de dollars.

La reconnaissance faciale d’Apple aurait associé le visage d’un criminel à l’identité d’Ousmane Bah

Après avoir examiné les enregistrements vidéo d’Apple, un détective a confirmé que le voleur ne ressemble absolument pas à Ousmane Bah. De plus, lors du cambriolage de l’Apple Store de Boston, le jeune homme se trouvait à Manhattan et peut le prouver.

Comme l’explique le New York Post, cette plainte suggère qu’Apple utilise son logiciel de reconnaissance faciale pour suivre les individus soupçonnés de vol. Or, c’est précisément ce type de surveillance digne du roman 1984 de George Orwell que craignent les consommateurs.

Si ces accusations sont avérées, il est effectivement scandaleux qu’Apple analyse secrètement le visage de ses clients sans même qu’ils ne le sachent. Cependant, suite à cette révélation, un porte-parole d’Apple s’est exprimé et assure que l’entreprise n’utilise pas de système de reconnaissance faciale dans ses magasins. Affaire à suivre…