finlande startup ia prison

IA : Vainu fait travailler les prisonniers pour nourrir son algorithme

En Finlande, la startup d’intelligence artificielle Vainu fait appel au travail carcéral pour alimenter son algorithme d’IA. Une initiative qui suscite la polémique…

La startup finlandaise Vainu cherche à développer un algorithme d’intelligence artificielle capable de connecter des entreprises avec des partenaires et des sous-traitants. Pour ce faire, elle a besoin que des humains scannent des articles d’actualité afin de vérifier s’ils abordent des sujets tels que les acquisitions d’entreprises.

Jusqu’à présent, Vainu faisait appel à des travailleurs humains via le service Mechanical Turk. Ce service permet de sous-traiter des tâches nécessitant peu de compétences, comme celle nécessaire pour améliorer l’IA de Vainu.

Achetez des leads sur la marketplace I.T

Cependant, Mechanical Turk étant un service américain, la plupart des utilisateurs sont incapables de lire des articles en finlandais. A vrai dire, seule une personne a été en mesure d’aider Vainu sur cette plateforme…

IA : pour quelques dollars par heure, les détenus ” feed ” l’algorithme de Vainu

C’est alors que le co-fondateur de la startup, Tuomas Rasila, a réalisé que ses locaux se trouvaient dans le même bâtiment que l’Agence de Sanctions Pénales finlandaise (CSA). Il a alors eu l’idée de faire travailler les prisonniers pour nourrir son algorithme.

Depuis maintenant trois mois, Vainu s’appuie donc sur le travail carcéral pour améliorer son IA. La startup paye la CSA, qui se charge de répartir une partie de l’argent entre les prisonniers qui travaillent. Les prisonniers sont rémunérés à hauteur de quelques dollars par heure.

Selon la CSA, en travaillant avec une startup IA, les détenus acquièrent de nouvelles compétences qui leur permettront de trouver du travail en sortant de prison. Cependant, les détracteurs ne sont pas de cet avis.

Selon le professeur de communication Lilly Irani de l’UC San Diego, Vainu surfe sur la hype de l’intelligence artificielle pour transformer l’exploitation des prisonniers en une démarche humaniste et progressiste