robot humour

L’intelligence artificielle comprendra bientôt votre humour… ou pas

Dans un futur relativement proche, l’intelligence artificielle pourrait être en mesure de comprendre l’humour humain. Cependant, il faudra pour ce faire orienter la recherche scientifique vers une IA plus centrée sur l’humain. C’est ce que suggère Fei-Fei Li, professeur à la Stanford University.

Votre sens de l’humour un peu particulier est-il incompris de tous ? Êtes-vous accoutumé aux longs moments de silence embarrassé après chacune de vos blagues ? Si oui, bonne nouvelle : votre vie pourrait bientôt changer grâce à l’intelligence artificielle.

À l’heure actuelle, comme l’explique le professeur Fei-Fei Li du Computer Science Department de la Stanford University, l’IA n’est malheureusement pas capable de comprendre l’humour humain. Toutefois, la prochaine génération d’algorithmes pourrait être en mesure de saisir la subtilité de vos calembours et autres histoires drôles.

Lors d’une conférence en ligne organisée cette semaine par Zebra Medical Vision, l’experte explique que la technologie actuelle n’est pas capable du ” raisonnement profond et nuancé “ permettant de comprendre l’humour.

C’est la raison pour laquelle Li estime qu’il est nécessaire d’opter pour une approche différente, plus centrée sur l’humain, de l’intelligence artificielle. La recherche doit tenir compte de l’impact humain de l’IA, et doit viser à augmenter les capacités des personnes plutôt qu’à les remplacer. Pour ce faire, elle doit s’inspirer directement de l’intelligence humaine.

Une intelligence artificielle centrée sur l’humain est indispensable pour éviter ses dangers

Ceci permettra non seulement à l’intelligence artificielle de comprendre la notion d’humour, mais aussi de résoudre des problèmes comme l’accroissement du fossé générationnel dans l’usage des machines, la suppression des emplois, les biais ou les menaces pour la confidentialité.

Une IA centrée sur l’humain permettrait notamment de remédier au problème des biais de la reconnaissance faciale, engendrant une discrimination raciale. Pour ce faire, il est nécessaire de développer une intelligence artificielle capable d’interagir avec son environnement.

Actuellement, l’intelligence artificielle est ” statique, dirigée par des fonctions de récompense simples “. Au contraire, l’intelligence humaine est ” dynamique, multisensorielle, complexe, incertaine et interactive “.

Pour être en mesure de comprendre le comportement humain et d’interagir avec eux, l’IA devra bénéficier d’une perception et d’une interaction plus active avec le monde réel. Si la recherche parvient à emprunter cette direction, l’IA pourra enfin comprendre vos blagues. Reste à savoir si elle les trouvera drôles