estonie juge ia

Intelligence artificielle : l’Estonie va laisser une IA juger les délits mineurs

L’Estonie compte laisser une intelligence artificielle juger les infractions mineures afin de libérer du temps pour les juges humains. Une première mondiale, qui soulève de nombreuses questions.

L’Estonie ne compte qu’1,4 million d’habitants, mais peut se vanter de compter parmi les pays les plus avancés du monde en termes de technologie. Plus précisément, c’est par la façon dont elle applique la technologie de pointe à sa société que l’Estonie se distingue.

Au sein de cette nation nichée entre la Finlande et la Russie, le code informatique est enseigné à l’école et les enfants reçoivent un smartphone en même temps que leurs manuels scolaires.

Achetez des leads sur la marketplace I.T

Les résidents disposent d’une carte d’identité numérique, et peuvent payer leurs impôts ou voter via internet. D’ailleurs, internet est accessible sur l’ensemble du territoire même dans les forêts les plus reculées. Et il ne s’agit là que d’exemples, parmi tant d’autres, de l’avance technologique dont profite de ce pays.

A présent, le Ministère de l’économie estonien dévoile son nouveau projet : laisser une intelligence artificielle se charger de juger les coupables d’infractions mineures pour lesquelles les amendes ne dépassent pas les 7000€.

L’objectif ? Réduire les coûts, et permettre aux juges humains de se concentrer sur les affaires plus importantes. Les verdicts rendus par cette IA auront la même valeur légale que ceux d’un juge humain, mais pourront tout de même être révisés par un humain.

Intelligence artificielle : les sanctions choisies par l’IA pourront être exécutées directement

Grâce au Machine Learning, cette intelligence artificielle sera entraînée à juger les infractions à partir d’affaires déjà classées. Au moment de juger une infraction, elle sera nourrie à l’aide des documents légaux et les analysera afin de prendre une décision.

Pour l’heure, les développeurs réfléchissent encore aux multiples détails du fonctionnement d’une telle IA, et de nombreux changements seront apportés en fonction des conseils fournis par les juristes professionnels.

On ignore donc à quelle date elle sera déployée, mais le responsable de la stratégie numérique du gouvernement, Siim Sikkut, espère que tout sera prêt d’ici 2021. Ce projet s’inscrit dans une initiative de plus grande envergure du gouvernement estonien regroupant de multiples idées d’applications d’intelligence artificielle.

Ainsi, le Ministère de l’économie envisage aussi de créer un statut légal pour l’IA et les robots, situé entre la personnalité légale séparée d’une entreprise et la propriété personnelle qu’est un objet. Ce statut permettrait notamment de déterminer qui est le responsable en cas d’accident impliquant un véhicule ou une machine autonome. Les différentes idées liées à cette initiative seront présentées en détail en mai 2019…