Reconnaissance faciale : Meta attaquée en justice par l’État du Texas

Reconnaissance faciale : l’État du Texas attaque Meta en justice

Meta, la maison mère de Facebook est accusée d’avoir récolté de façon illicite des données biométriques via des systèmes de reconnaissance faciale. Et ce, depuis une dizaine d’années. L’État du Texas porte plainte contre l’entreprise. 

Le marquage de photos de Facebook en cause

En 2009, l’État du Texas adopte la loi CUBI (Biometric Identifier Capture or Use) qui porte sur la capture ou l’utilisation des données biométriques. Cette loi exige des entreprises qu’elles demandent le consentement des utilisateurs avant toute collecte de données.

Meta a intégré un système de reconnaissance faciale sur Facebook. Cet outil dispose d’une fonctionnalité de marquage automatique de photos. Cela suppose une collecte de données nécessaire pour la comparaison et la reconnaissance des visages. La collecte est faite sans le consentement des utilisateurs. 

Ken Paxton, le procureur général du Texas déclare : « Facebook a récolté les identifiants biométriques de millions de Texans à des fins commerciales sans leur consentement éclairé et ne les a pas détruits dans un délai raisonnable ». Facebook de son côté soutient que ces allégations sont sans fondement. Le géant des réseaux sociaux compte se défendre fermement. 

Des années d’enquête et un dépôt de plainte

La plainte déposée par l’État du Texas fait suite à des années d’enquête. Les document soulignent que cette même technologie incriminée a également fait l’objet d’une action collective en Illinois.

Plusieurs mois après l’affaire en Illinois, le Texas somme l’entreprise d’abandonner cette technologie qui enfreint la loi en novembre 2021. Toutes les données biométriques collectées dans le cadre de son utilisation doivent être supprimées. Suite à quoi, Facebook consent à abandonner complètement la technologie.

La plateforme a effectivement arrêté l’usage de cette technologie. Mais d’autres, comme WhatsApp, Instagram, Facebook Reality Labs ou encore Metaverse continuaient de l’utiliser. Par ailleurs, les données collectées sur les 10 précédentes années n’auraient pas été supprimées rapidement.

Dans sa plainte, le procureur du Texas exige une amende de 25 000 dollars à Meta pour violation de la loi biométrique de l’État. L’État demande aussi une amende de 10 000 dollars pour violation de la loi texane sur la protection des consommateurs. Cela, en plus des milliards de dollars de dommages et intérêts. Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest