02 September 2020, Moscow, Russia: supercomputer clusters cooling system in Moscow State University

Comment ST Telemedia refroidit ses Data Centers grâce à l’IA ?

ST Telemedia, le géant de la colocation singapourienne entrevoit des premiers résultats concluants quant à sa promesse d’économies d’énergie substantielles.

Au second trimestre de cette année, ST Telemedia Global Data Centers a parié sur un projet test. Son objectif étant de vérifier s’il est possible pour un système fondé sur l’IA de rendre le système de refroidissement d’un data center à Singapour moins énergivore. Ce pilote n’a pas tardé à envoyer les premiers résultats.

Selon le feedback de Daniel Pointon, directeur technique de STT GDC, les feedbacks ont été prometteurs. A ce jour, la consommation en énergie de ce « cooling system » a diminué de 10 % comparé à celui d’auparavant. Cette amélioration est le fruit d’un travail plus efficace. Car oui, ST Telemedia ne demanderait pas aux clients d’utiliser moins d’énergie et encore moins de stopper les serveurs. Bien sûr, il serait appréciable de voir cette solution être déployée sur l’intégralité des data centers de la société. Notons que son portefeuille en compte 130 au total, répartis au Royaume-Uni et en Asie.

Et encore, ce projet pilote est inscrit dans la stratégie de STT GDC. Rappelons que celle-ci s’est engagée dans la voie du zéro carbone d’ici 2030.

Le fort potentiel de l’IA dans la réduction de la consommation d’énergie

Vraisemblablement, peu d’entreprises se sont aventurés à intégrer l’IA dans la gestion des data centers. C’est le cas par exemple de Google qui a déployé DeepMind dans cette voie. Cette filiale basée sur l’IA permet de gérer des installations informatiques à grande échelle. En 2018, un haut responsable de chez Google a même affirmé que cela a permis de faire une économie d’énergie de 30 % au niveau de leurs systèmes de refroidissement.

Pour STT GDC, le refroidissement n’est qu’une première application de l’IA. L’entreprise étudie actuellement la possibilité d’adoption de l’IA dans d’autres domaines et notamment « la maintenance prédictive, la gestion de la capacité, l’analyse de la sécurité et l’automatisation des processus de métier à l’avenir ».

Les détails sur le déroulement du projet pilote

Le projet pilote de Singapour se fera sur un délai de 12 mois. Pour le mener à termes, STT GDC utilise les services d’ABB, un géant suisse de l’ingénierie et de l’automatisation industrielle. On notera que la société de Zurich a déjà entamé la première phase du projet. Cela consiste à recueillir des données, élaborer un modèle d’IA et enfin, déployer la logique de contrôle.

Afin de mesurer les changements amenés par ce projet test, le fournisseur de colocation a décidé d’installer des milliers de capteurs au niveau de ses systèmes de refroidissement. Placés dans les conduits, devant les racks ou sur le toit, ces senseurs évaluent « la température, l’humidité et le flux d’air dans les data centers ». Des capteurs mesurent même la consommation d’énergie. Cela a permis de confirmer l’économie d’énergie de 10 % réalisée auprès du système de refroidissement au Singapour.

Selon Pointon, la présence de ces capteurs est une aubaine pour son entreprise. Celle-ci peut, en effet, exploiter la puissance de l’IA et tirer profit de toutes ces informations, et ce, de manière significative. « Cela nous aide à prendre des décisions opérationnelles sur la façon dont nous devons utiliser divers équipements pour des résultats optimaux » ajoute-t-il.

Sources & crédits Source : datacenterknowledge - Crédit :

Pin It on Pinterest