Un nouveau cadre renforce la sécurité des applications de santé aux États-Unis

Un nouveau cadre renforce la sécurité des applications de santé aux États-Unis

Aux États-Unis, des acteurs clés de la santé ont développé un nouveau cadre pour renforcer la sécurité des informations de santé protégées (PHI) non couvertes par la réglementation HIPAA. Il s’agit d’un cadre d’évaluation des technologies numériques utilisées par les professionnels et les patients.

Déterminer le niveau de sécurité d’un outil avant usage

L’écosystème des applications de santé et de fitness regroupe pas moins de 365 000 produits aux États-Unis avec plus de 86 millions d’utilisateurs. Malheureusement, une grande partie de ces gadgets n’est pas couverte par la loi HIPAA, mettant en danger les données sensibles

Le Health Insurance Portability and Accountability Act ou HIPAA est une loi protectrice des données des patients. Votée par le Congrès des États-Unis en 1996, celle-ci s’adresse aux acteurs des différents services de santé (hôpitaux, assurances, laboratoires …). 

Les textes dressent une liste des normes réglementaires qui décrivent l’utilisation licite des données de santé protégées. Mais cette loi ne permet pas de déterminer si une application ou autre gadget est sûr. Ce qui freine l’adoption des technologies de santé numériques. D’où la création du nouveau cadre. 

Il s’agit d’un cadre d’évaluation développé par L’American College of Physicians (ACP), l’American Telemedicine Association (ATA) et l’Organisation for the Review of Care and Health Applications (ORCHA). Celui-ci viendra améliorer la gestion des conditions, l’évaluation des risques cliniques et l’aide à la décision sur les technologies numériques de santé. 

Un cadre ouvert et accessible à tous

Le cadre d’évaluation de la santé numérique se veut ouvert. Dans un communiqué de presse, l’ATA déclare : « Le cadre d’évaluation de la santé numérique est destiné à être un cadre ouvert, accessible à tous, pour soutenir l’adoption de technologies de santé numériques de haute qualité ».

L’association précise que ce cadre vise à « aider les professionnels de la santé et les patients à prendre des décisions plus éclairées sur les outils de santé numériques les mieux adaptés à leurs besoins ». 

Les technologies numériques peuvent améliorer considérablement l’accès aux soins. C’est aussi l’opportunité d’offrir entre autres un soutien personnalisé aux patients. Encore faut-il en garantir la sécurité d’usage. Le nouveau cadre de l’ACP, de l’ATA et de l’ORCHA vise à aider le secteur de la santé à mieux comprendre la sécurité des produits.

Selon l’ATA, des outils de santé numériques ont été examinés par rapport au nouveau cadre lors d’un test pilote. Le résultat de cette première évaluation aidera à déterminer les éléments les plus utiles pour permettre aux fournisseurs de proposer des produits sûrs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest