Arnaque téléphonique : cette mamie se fait voler 200 000€, la justice classe l'affaire

Arnaque téléphonique : cette mamie se fait voler 200 000€, la justice classe l’affaire

Une mamie a retiré un montant considérable de 194 000 euros de son contrat d’assurance-vie, qu’elle a ensuite remis à deux individus malveillants prétendant vouloir l’aider à résoudre un litige téléphonique fictif. Cette histoire soulève des questions quant à la responsabilité des établissements bancaires face aux activités douteuses impliquant leurs clients âgés.

Le Parisien rapporte dans son édition du jour le tragique récit d’une résidente de Clamart (Hauts-de-Seine) âgée de 96 ans, qui a été victime d’une escroquerie orchestrée par deux personnes entre juillet 2021 et janvier 2022, entraînant la perte de la somme de 194 000 euros. Les escrocs ont réussi cela sans jamais avoir accès aux comptes bancaires de la victime. Ils ont incité la retraitée, une ancienne institutrice, à racheter des parts de son assurance-vie, lesquelles étaient ensuite retirées en liquide dans deux agences locales.

Des retraits de 500 € par jour et des virements d’une dizaine de milliers d’euros

Les malfaiteurs ont initialement contacté la personne âgée en prétendant être un service d’Orange et en la prévenant de prétendus impayés. Craignant la coupure de sa ligne téléphonique, elle a accepté l’aide d’une avocate recommandée par l’appelant. Une personne se faisant appeler Carole l’a ensuite contactée, offrant de résoudre son litige avec Orange moyennant une somme exorbitante. Durant l’été 2021, la femme de 96 ans, victime d’une arnaque téléphonique, a effectué trois retraits d’argent en espèces d’un total de 38 500 euros au Crédit Mutuel, qu’elle a ensuite remis à l’avocate.

Cette dernière a même réussi à ouvrir un deuxième compte à la Société Générale, utilisé pour effectuer une série de virements de 10 000 euros chacun vers la Belgique. Pendant plusieurs semaines, la personne âgée a également retiré quotidiennement 500 euros en liquide au distributeur automatique du Crédit Mutuel. Elle remettait ensuite les billets à un complice de Carole, un homme d’environ cinquante ans, qui se rendait jusqu’à son domicile pour récupérer plus de 25 000 euros.

Une arnaque téléphonique sans suite

L’arnaque téléphonique a pris des proportions alarmantes, poussant la dame âgée à envisager la vente de son appartement lorsque Carole, la prétendue avocate, lui a réclamé 45 000 euros en suggérant le rachat total de son assurance-vie. C’est à ce moment qu’un proche de la victime a commencé à se méfier. Ancien employé de banque, il l’encourage à porter plainte en février 2022, ce qui a permis de sauvegarder 60 000 euros et de placer la nonagénaire sous curatelle. Cependant, malgré l’identification du numéro de téléphone, la description des escrocs et les relevés bancaires, les enquêteurs n’ont pas réussi à remonter jusqu’aux arnaqueurs. En conséquence, le parquet de Nanterre a classé la plainte sans suite en septembre dernier.

Le proche de la victime refuse d’en rester là et estime que les deux établissements bancaires partagent une part de responsabilité dans cette affaire. Il les contacte pour signaler les anomalies qu’il a identifiées. L’avocate de la victime, de son côté, a demandé des démarches de médiation pour faire suite à l’arnaque téléphonique qui a couté un peu moins de 200 000 € à la victime. Bien que la Société Générale n’ait pas commenté l’affaire, le Crédit Mutuel exprime des regrets et assure avoir suivi les procédures standard en obtenant des décharges signées de la cliente, laquelle affirmait systématiquement qu’elle avait le droit de disposer de son argent comme bon lui semblait.

Vous voulez plus d’article sur la cybersécurité, n’hésitez pas à suivre notre page qui est accessible via ce lien.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *