amazon google microsoft cloud

La France veut acheter la tech des GAFAM pour créer son Cloud

Selon le gouvernement, certaines des données des États et des entreprises les plus sensibles de France peuvent être stockées en toute sécurité. Ceci grâce à la technologie de Cloud computing développée par Google (GOOGL.O) et Microsoft (MSFT.O), si elles sont concédées sous licence à des entreprises françaises.

Délocaliser les serveurs

À travers les déclarations de Bruno Le Maire, ministre français des Finances, et deux autres membres du gouvernement, la France reconnaît la suprématie des États-Unis en matière de Cloud computing. Cela contraste avec les appels précédents des politiciens européens pour des alternatives entièrement locales.

Google et Microsoft, ainsi que le leader du marché Amazon, dominent le domaine du stockage de données dans le monde entier. Cela alimente les inquiétudes en Europe quant au risque de surveillance par les États-Unis à la suite de l’adoption de l’US Cloud Act de 2018.

Selon Le Maire, il existe toutefois une alternative de Cloud computing digne de confiance qui peut être développée en Europe : garantir la localisation des serveurs sur le sol français ainsi que la propriété européenne des entreprises qui stockent et traitent les données.

Amazon déjà en collaboration avec la France

Le gouvernement a donc décidé que les meilleures entreprises comme Microsoft ou Google, pourraient concéder tout ou partie de leur technologie à des entreprises françaises. Amazon n’a pas été mentionné. Google s’est félicité de la clarification apportée par le gouvernement français, ajoutant que l’entreprise soutenait la nécessité des niveaux de sécurité les plus élevés.

Microsoft a déclaré que c’était une bonne nouvelle pour la transformation numérique de la France en toute indépendance. Selon Julien Groues, directeur général d’Amazon en France, son unité collabore déjà avec la France via des partenariats avec plusieurs grandes entreprises françaises, dont la société de télécommunications Orange (ORAN.PA), contrôlée par l’État. Et ceci, depuis de nombreuses années.

Label cloud de confiance

Le Maire a comparé ces licences avec celles vues dans les années 1960 dans le domaine du nucléaire civil entre la France et les États-Unis. Un label dit Cloud de confiance serait délivré aux entreprises proposant des services de Cloud computing respectant les principes évoqués par Le Maire et d’autres conditions fixées par l’agence française de cybersécurité ANSSI.

OVHcloud et Outscale de Dassault Systèmes sont deux sociétés françaises qui remplissent déjà ces critères. OVHcloud a déclaré à la fin de l’année dernière que l’entreprise s’était associée à Google pour renforcer ses capacités de Cloud computing. Le ministre du Numérique Cedric O espère que d’autres alliances franco-américaines voient le jour dans ce domaine. Cela permettra de disposer de la meilleure technologie tout en garantissant l’indépendance des données françaises.

Pin It on Pinterest