Tout sur la planification de la capacité d’un data center

La planification de la capacité d’un datacenter est un élément fondamental qui exige un maximum de surveillance. Sans elle, le datacenter est exposé à de véritables difficultés accélérant sa perte. La performance de ses applications et serveurs sont en jeu.

La planification de capacité de datacenter est l’élaboration d’une stratégie organisationnelle par les responsables ou le directeur informatique. Cette stratégie consiste à faire correspondre les ressources informatiques, la charge électrique, la capacité de refroidissement ainsi que le stockage de charge de travail.

Le fonctionnement de la planification de capacité de data center

Pour assurer les résultats, le processus nécessite des calculs de charge sophistiqués. On notera que cette capacité normale est déterminée en comparant les opérations avec des tests de charges simulées ou réelles. A cela s’ajoute une analyse des tendances ou une modélisation à l’aide d’outils conçus à cet effet.

Il existe, par ailleurs, des outils logiciels pour la planification de capacité. Ils contribuent au calcul des ressources et de la consommation électrique que le datacenter doit prendre en charge. Ces montants sont calculés en fonction des opérations actuelles et des futures prévisions. Les outils vont de simples feuilles de calcul à des rendus 3D avec découverte et documentation automatisées des ressources. De plus, certains outils sont plus sophistiqués. Ils proposent des options d’externalisation lorsque des mises à niveau majeures de l’alimentation, de l’espace et du refroidissement sur le site physique sont coûteuses ou chronophages.

Dans le processus, la virtualisation doit aussi être considérée. Elle permet aux gestionnaires du centre de consolider les serveurs. Il est également demandé d’empiler plusieurs charges de travail sur un serveur physique tout en éteignant les autres. La planification de capacité est plus flexible avec la virtualisation  et  le cloud computing. Elle évolue vers le haut et vers le bas sans investissement individuel dans l’alimentation ou les systèmes informatiques.

En quoi cette planification est-elle importante ?

« Lorsque les organisations perdent de vue ce qui se passe ou ce qui pourrait se passer dans leur environnement, des problèmes de performances et des manques de capacité peuvent survenir, ce qui peut entraîner une perte de revenus, une réduction de la productivité et une expérience client inacceptable », déclare John Miecielica, ancien responsable produit responsable marketing chez le fournisseur de gestion de capacité TeamQuest, maintenant consultant pour Stratagem, Inc.

En général, la consommation d’énergie, l’encombrement ainsi que le refroidissement au sein d’un datacenter sont limités. Par ailleurs, les charges peuvent changer en l’instant d’une heure, une journée, une semaine ou une année.

Cependant, effectuer à l’avance une trop grande capacité pour les charges de travail des données gaspille les dépenses d’investissement. Ce sur-provisionnement laisse non seulement des serveurs inactifs mais cause aussi une augmentation incessante des coûts. Le sur-approvisionnement des climatiseurs de la salle informatique  est également à l’origine d’un fonctionnement en dessous de l’efficacité optimale.

Pourtant, la capacité de sous-planification peut affaiblir les opérations commerciales. Sans une alimentation et un refroidissement adéquats pour la charge de travail du centre, les pannes sont également plus fréquentes. Le manque de capacité de calcul, de réseau et de stockage entraîne des goulots d’étranglement au niveau des applications. Elles peuvent même cesser de fonctionner ou prendre trop de temps pour se lancer.

Les rôles

La pérennité d’un datacenter se base en majorité sur la planification de la capacité d’un datacenter. La réussite de ce dernier dépend grandement de sa capacité à exécuter rapidement, efficacement et en toute sécurité ses ressources informatiques. En plus, la planification des capacités est un processus continu puisque l’afflux de services critiques pour l’entreprise ne cesse d’augmenter.

Tout d’abord, la planification de la capacité permet non seulement d’obtenir une utilisation efficace de l’infrastructure physique, mais également de signaler les problèmes potentiels. Ensuite, elle permet de prévoir les pannes et d’améliorer significativement l’efficacité.  Et enfin, le processus intervient pour assurer à merveille la qualité du service commercial. En outre, la capacité à identifier les goulots d’étranglement au sein d’un datacenter contribue à éliminer des centaines de machines virtuelles (VM) peu performantes. De ce fait, la planification joue le rôle principal d’éviter des coûts d’infrastructures élevés.

EHI par exemple, a opté pour la simplification de la demande. Le plus grand fournisseur de services de location de voitures mondial s’est donc véritablement trompé de stratégie de planification. Or, après de bonnes études, c’est la planification même qui l’a permis de sortir du mode réactif. Il a pu comprendre les changements au fur et à mesure qu’ils se produisaient. Par conséquent,  les mesures nécessaires pour le bon fonctionnement du système ne souffrent pas d’un retard.

Conseils pour une bonne planification

« Les responsables de centres de données doivent s’assurer que la capacité commerciale, la capacité de service et la capacité des composants et des ressources répondent aux exigences commerciales actuelles et futures de manière rentable. Cela a tout à voir avec la gestion et l’optimisation des performances de votre infrastructure, de vos applications et de vos services métier », déclare encore John Miecielica. Les responsables doivent donc toujours s’assurer que leur stratégie soit en avance sur les besoins d’expansion de l’organisation.

L’indispensabilité d’un DCIM fort

 Un datacenter sans logiciel de gestion de l’infrastructure (DCIM) est comme un ordinateur sans système d’exploitation. Sans DCIM, la planification de capacité de datacenter est plus ou moins impossible.

L’une des principales fonctions de DCIM est l’agrégation et l’analyse des métriques dans l’ensemble du data center. Il étudie les conditions environnementales, la consommation d’énergie, l’état de l’équipement utilisé et bien plus encore. Au quotidien, cela aide le personnel à maintenir son efficacité opérationnelle en identifiant très tôt les sources de gaspillage ou les causes potentielles d’indisponibilité. Le DCIM permet donc aux opérateurs d’accomplir facilement les tâches liées à la planification de la capacité. Le logiciel dcTrack DCIM de Sunbird affiche tous les actifs du centre en 2D et 3D. Il alimente la connectivité du réseau en un clic, ce qui fait de lui un outil indispensable pour une gestion précise et fiable de la capacité.

En résumé, les nouveaux outils DCIM basés sur le cloud permettent d’optimiser en toute sécurité et efficacement les capacités d’alimentation, de refroidissement et de stockage. Ils ont la possibilité d’améliorer la disponibilité des systèmes d’infrastructure physique et des charges de travail informatiques correspondants. Ces outils simplifient et automatisent de nombreuses activités de gestion de data center, permettant aux professionnels de se concentrer sur d’autres problèmes et tâches.

Les conseils de Clyde Sconce

Clyde Sconce est un ancien architecte des systèmes informatiques chez EHI. Il a tiré plusieurs leçons après les erreurs de stratégie au sein de sa société. Sconce a averti les responsables de datacenter à faire attention aux exceptions qui peuvent fausser les prévisions sur la stratégie de planification. Selon lui, c’est également important d’aligner les prévisions de données sur les transactions commerciales actuelles et historiques, car cela représente en fin de compte tout l’intérêt de l’exercice.

 Sconce a également conseillé de baser les prévisions de capacité des centres de données sur la croissance cyclique ainsi que sur les projections linéaires. Cette approche de la stratégie tient compte des sauts potentiels de la demande dus aux pics saisonniers ou aux lancements de campagnes.

L’approche progressive et ses avantages

Dès lors, l’approche progressive est recommandée comme une excellente alternative pour la planification de la capacité au sein d’un data center. Premièrement, elle consiste à comprendre les exigences initiales en matière d’alimentation de la charge informatique, plus précisément les besoins en énergie des serveurs, du stockage et des périphériques réseau. Ensuite, une stratégie de construction incrémentielle peut s’établir, basée sur les extensions attendues de la charge informatique. En fait, la stratégie procède par l’élaboration d’une estimation future prudente de la charge informatique finale maximale et minimale possible. On prend également en compte le temps de montée en puissance pour atteindre la charge informatique finale. À partir de ces informations, une charge statistiquement « attendue » peut s’estimer. L’approche tient compte à la fois de la capacité de l’infrastructure électrique nécessaire pour alimenter la charge et du volume de refroidissement requis.

L’approche progressive par étapes permet à la capacité d’alimentation et de refroidissement d’augmenter proportionnellement avec la charge informatique. Par conséquent, on évite  les dépenses d’investissement et d’exploitation des équipements qui ne sont pas encore nécessaires. Cependant, l’outil de gestion DCIM basé sur le cloud  facilite la mise en œuvre de l’approche. Comme expliqué précédemment, cet outil corrèle les ressources d’alimentation, de refroidissement et d’espace aux serveurs individuels. De ce fait, il permet de savoir en temps réel et de manière proactive les charges informatiques, les capacités d’alimentation et les capacités de refroidissement restantes. Bien qu’à chaque nouvelle étape de développement, il est toujours possible de réévaluer si une croissance future est toujours nécessaire.

Alors, comparée à la planification prévisionnelle de la capacité finale de datacenter, l’approche progressive est plus avantageuse. Idéalement tactique, elle permet non seulement de réduire les coûts énergétiques mais également les coûts de maintenance. Par ailleurs, elle évite également au maximum l’inutilisation de la capacité.

Sources & crédits Source : searchconvergedinfrastructure - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest