Le manque de compétences empêcherait le progrès dans le cloud

Le manque de compétences dans le  cloud computing entrave sérieusement le progrès en matière d’utilisation du cloud. C’est ce qui ressort de la « feuille de route pour les technologies émergentes 2021-2023 ». Celle-ci est basée sur des enquêtes auprès de 437 entreprises mondiales, effectuées par Gartner.

Le manque de compétences : un problème rencontré dans différents secteurs

Les obstacles affectent non seulement le déploiement de bases de données, mais aussi le stockage avancé et l’apprentissage automatique. C’est le cas par exemple des entreprises qui veulent numériser leur processus d’approvisionnement. A cause des pénuries liées à la pandémie, les entreprises ont du mal à susbstituer les pièces manquantes C’est pourquoi on voit ces véhicules en attente de puces qui remplissent des hectares de terrain.

La majorité des professionnels ambitionne de trouver les solutions aux problèmes engendrés par la pandémie grâce à la technologie. Mais malgré l’ampleur du budget alloué aux nouvelles technologies, bon nombres d’entreprises ne vont pas jusqu’au bout de leur projet. Il y a en effet des risques et il faut faire preuve de courage pour changer d’attitude.

Focus sur les nouvelles méthodes de travail

Les entreprises doivent s’orienter de plus en plus vers le télétravail. Le lieu où l’ingénieur clé du cloud est basé importe alors peu. L’essentiel est qu’il puisse contribuer au progrès de l’entreprise. Ces dernières années, on maîtrise davantage la technologie du travail et de la collaboration à distance. Cela devrait être exploité pour trouver, retenir les talents puis en faire un différenciateur stratégique.

Il faut bien le croire, la plupart des travailleurs de la technologie ne sont pas motivés par l’argent. Cela ne signifie pas qu’ils acceptent une rémunération inférieure à celle du marché. Au lieu de cela, ils tiennent compte des attributs qualitatifs et quantitatifs du travail. Il y a bien des employés qui refuseraient un salaire à sept chiffres car le contrat de travail pourrait durer moins d’un an. D’autres prennent en compte la culture de l’entreprise. La manière dont celle-ci répond aux attentes du salarié en matière d’innovation importe aussi.

Responsabiliser ses employés

Il est possible de prendre plusieurs mesures pour instaurer une culture et créer des ressources qui attirent les meilleurs talents. La délégation du contrôle est un autre moyen de le faire. En effet, bien qu’une entreprise soit leader, son organisation reste très horizontale. Par ailleurs, la capacité à prendre des décisions essentielles est déléguée plus bas dans l’organisation. Cela est avantageux puisque les travailleurs techniques seront valorisés. On leur fait donc prendre des décisions clés. Ensuite, ils se concentreront davantage sur les décisions et pourront en prendre de meilleures à l’avenir. Soulignons que ces derniers ont le temps de rassembler des points de données.

Profitez de 2 To à vie de stockage en ligne avec pCloud

Parmi les autres approches figurent le fait de créer un centre d’excellence et d’encourager le temps compensé pour contribuer à la propriété intellectuelle créative de l’entreprise. Pour cela, on pourrait par exemple offrir des formations gratuites à la demande. Les formations auraient lieu dans les tranches horaires rémunérées.

Sources & crédits Source : infoworld - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest