Google écologique

Cloud computing écologique : Google s’engage sur le développement durable de ses data centers

Google, comme de nombreux acteurs technologiques majeurs, a pris l’initiative de se développer de façon écologique. Le géant de la recherche web a dévoilé de nouvelles données qui éclairent davantage la réalisation de ses objectifs.

La publication de nouvelles données sur la durabilité des régions cloud s’inscrit dans le cadre d’un engagement plus large de Google en faveur de la lutte contre le changement climatique. Afin de respecter ses objectifs en matière de développement durable, Google a élaboré un nouveau système de mesure qui indique le pourcentage exact de propreté des régions cloud de l’entreprise dans le monde.

Data center Google : une nouvelle unité de mesure pour le taux de rejet en carbone

Google a récemment dévoilé de nouvelles données afin d’illustrer l’évolution de la performance écologique de ses infrastructures en cloud computing. La société a ainsi élaboré une nouvelle mesure baptisée CFE% ou pourcentage d’énergie sans carbone, afin de suivre l’impact environnemental de ses data centers. Il s’agit de la combinaison moyenne d’énergie sans carbone et de combustibles fossiles utilisés pour alimenter les data centers de Google dans chaque région.

La quantité d’énergie sans carbone utilisée dans le mélange est proportionnelle au pourcentage. En d’autres termes, un taux de CFE plus élevé indique une région plus écologique. En revanche, une zone ayant un pourcentage plus faible présente un plus grand nombre d’heures dans l’année, nécessitant une énergie basée sur les combustibles fossiles.

Le calcul du taux d’efficacité énergétique a été réalisé à chaque heure dans les régions où Google opère. Il est basé sur la quantité d’énergie sans carbone produite sur le réseau local à un moment donné, ainsi que sur celle achetée par le géant du moteur de recherche. Les moyennes horaires ont été agrégées pour chaque région et sont désormais disponibles en ligne.

Google partage également l’intensité en carbone du réseau de ses régions cloud. Il s’agit des émissions moyennes générées par le réseau local lorsqu’un combustible fossile est nécessaire. Cette intensité varie énormément selon les réseaux et permet de mieux appréhender le caractère durable d’une région donnée.

Google : vers une stratégie plus écologique de la consommation énergétique

La publication de nouvelles données sur la durabilité des régions cloud relève d’un engagement de Google pour la lutter contre le changement climatique. Depuis 2017, l’entreprise a associé la totalité de sa consommation électrique mondiale à l’énergie solaire et éolienne.

Cela ne signifie pas pour autant que les data centers de Google sont alimentés en énergie renouvelable en permanence. En revanche, la société calcule la consommation totale d’électricité de ses installations au cours d’une année et achète la même quantité auprès de sources sans carbone pour les 12 mois suivants.

La géant américain s’est également fixé pour objectif de faire fonctionner ses infrastructures avec de l’énergie sans carbone, partout et à tout moment, d’ici 2030. Ce but ambitieux nécessitera de nouvelles technologies et une mesure stricte de la progression technologique.

De ce fait, l’équipe cloud de Google estime que la « décarbonisation » complète de l’alimentation de ses data centers est la prochaine étape essentielle pour un avenir écologique. Pour y parvenir, chaque région cloud de Google sera alimentée par un mélange à la fois riche en énergie sans carbone et faible en origine fossile. Toutefois, il semble que Google ait encore du chemin à parcourir avant de parvenir à un processus de cloud computing 100% écologique.