iaas

IaaS Définition : Qu’est-ce que c’est ? Quels avantages ?

L’Infrastructure en tant que Service (IaaS) est l’une des principales composantes du Cloud Computing. Elle permet de bénéficier de ressources informatiques virtualisées. Découvrez la définition complète de ce type de service Cloud, ainsi que ses avantages et ses inconvénients pour les entreprises. 

L’Infrastructure en tant que Service (IaaS) est une forme de Cloud Computing offrant des ressources informatiques au sein d’un environnement virtualisé (le Cloud) par le biais d’internet ou d’une autre connexion. L’IaaS est l’une des quatre principales catégories de services Cloud Computing, au même titre que le Software as a Service (SaaS), le Desktop as a Service (DaaS), et la Platform as a Service (PaaS).

Comment fonctionne une IaaS ?

iaas-2

Au sein d’un modèle IaaS, un fournisseur tiers héberge le hardware, le software, les serveurs, les connexions réseau, la bande passante, l’adresse IP, le stockage et les autres composants de l’infrastructure à la place des utilisateurs. Les fournisseurs d’IaaS se chargent également d’héberger les applications et de gérer les tâches telles que la maintenance de système, le backup, et la planification de la résilience.

Physiquement, le bassin de ressources matérielles provient d’une multitude de serveurs et de réseaux, généralement répartis sur de nombreux Data Centers que le fournisseur est chargé de maintenir. Le client quant à lui bénéficie d’un accès aux composants virtualisés pour développer sa propre plateforme informatique.

Quels sont les avantages d’une IaaS ?

iaas-avantages

Les plateformes IaaS offrent des ressources hautement scalables, pouvant être ajustées sur demande en fonction des besoins de l’utilisateur. Les IaaS sont donc optimales pour les charges de travail temporaires, expérimentales ou soumises à des changements inattendus.

Un autre avantage est que l’utilisateur peut accéder au service depuis n’importe quel endroit du moment qu’il bénéficie d’une connexion internet et que le protocole de sécurité du Cloud le lui permet. Par ailleurs, la sécurité physique des Data Centers hébergeant les IaaS garantit la sécurité des données. De plus, si un serveur subit une erreur, le service dans son ensemble n’est pas affecté, puisqu’il repose sur une multitude de ressources matérielles.

Les autres caractéristiques des environnements IaaS incluent l’automatisation des tâches administratives, le scaling dynamique, la virtualisation de bureau et les services basés sur la politique de l’entreprise.

À quoi sert une IaaS ?

iaas-fonctionnement

Les IaaS peuvent être utilisées pour une infrastructure d’entreprise comme un cloud privé ou un réseau local virtual. Ces infrastructures reposent sur des bassins de serveurs et des ressources en réseau et permettent aux entreprises de stocker leurs données et de lancer leurs applications. Les entreprises en développement peuvent adapter leur infrastructure en fonction de leurs besoins et les Clouds privés garantissent la sécurité du stockage et du transfert de données sensibles.

Elles peuvent aussi être utilisées pour l’hébergement Cloud, afin d’héberger des sites sur des serveurs virtuels reposant sur des bassins de ressources en provenance de serveurs physiques. Un site internet hébergé sur le Cloud pourra profiter d’un vaste réseau de serveurs physiques et d’une scalabilité à la demande pour gérer une demande plus élevée qu’escompté.

Les IaaS sont également utiles pour les Virtual Data Centers (VDC). Un VDC est un réseau virtualisé de serveurs interconnectés pouvant être utilisé pour offrir des capacités d’hébergement Cloud améliorées, une infrastructure informatique d’entreprise ou pour intégrer ces opérations au sein d’une implémentation Cloud publique ou privée.

Ces infrastructures en tant que service peuvent aussi être utilisées pour les tests et le développement d’environnements, afin d’accélérer le lancement de nouvelles applications sur le marché. Elles peuvent aussi servir à prendre en charge le stockage et la mise en réseau des applications web.

Pour des problèmes complexes impliquant des millions de variables, comme une simulation de séisme ou une prédiction météorologique, les infrastructures en tant que service peuvent permettre d’utiliser la puissance de superordinateurs ou de HPC à distance. De la même manière, cette puissance peut être utiliser pour le Data Mining et les analyses Big Data.

Quels sont les tarifs d’une Iaas ?

iaas

Les clients IaaS payent en fonction de leur utilisation. Généralement, le tarif est calculé par heure, par semaine ou par mois. Certains fournisseurs facturent également leurs clients en fonction de la quantité d’espace de machine virtuelle utilisée. Ce modèle permet d’éliminer les dépenses de capital liées au déploiement de hardware et de software en interne. Cependant, il est important pour les utilisateurs de surveiller attentivement leurs environnements IaaS pour éviter d’avoir à payer des services supplémentaires.

Étant donné que les fournisseurs gèrent l’infrastructure, la gestion des systèmes et la surveillance peuvent s’avérer difficiles pour les utilisateurs. Par ailleurs, si un fournisseur IaaS est confronté à une panne, la charge de travail des utilisateurs peut s’en trouver affectée. 

Par exemple, si une entreprise développe un nouveau logiciel, il peut être plus économique d’héberger et de tester l’application par le biais d’un fournisseur IaaS. Une fois que le nouveau logiciel est testé et raffiné, il peut être supprimé de l’environnement pour un déploiement plus traditionnel en interne, ou pour économiser de l’argent ou libérer des ressources pour d’autres projets.

Qui sont les principaux fournisseurs d’IaaS ?

iaas-fournisseurs

Parmi les principaux fournisseurs IaaS, on retrouve Amazon Web Services, Windows Azure, Google Compute Engine, Rackspace Open Cloud, ou encore IBM SmartCloud Entreprise.

On dénombre actuellement trois types d’offres IaaS. Le Cloud IaaS Public permet de louer des ressources matérielles virtualisées auprès d’un fournisseur. Dans cette configuration, de nombreux utilisateurs partagent des ressources de serveurs. Ce modèle garantit une utilisation simple, une élasticité et un tarif proportionnel à l’utilisation.

Les fournisseurs de Cloud IaaS Privé offrent leurs services à une seule entreprise. Les firewalls qui protègent l’infrastructure sont gérés par la firme en question. Les ressources et les serveurs leurs sont entièrement dédiés. Ce modèle est adapté aux entreprise s disposant d’un budget très important et reposant sur leurs propres professionnels Data Center et leurs experts en sécurité.

Enfin, le Cloud IaaS hybride offre un compromis entre les deux. Une entreprise peut par exemple choisir de gérer des serveurs physiques sur un Cloud privé, tandis que le reste de ses serveurs seront externalisés sur un Cloud public. Le Cloud hybride permet aux entreprises de profiter de la scalabilité du Cloud tout en gérant leurs données les plus sensibles sur leurs propres infrastructures.

IaaS : 10 tendances à suivre pour 2017

Selon la plupart des analystes, en 2016, le marché des IaaS s’est solidifié autour de trois principaux vendeurs : Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud Platform. Par ailleurs, au cours de cette année, de nombreuses entreprises ont opté pour ce type de service cloud. Pour 2017, voici les 10 principales tendances à suivre pour le marché des IaaS.

Les revenus continuent d’augmenter

Selon Forrester Research, le marché du cloud devrait connaître une croissance de 22% et atteindre une valeur de 146 milliards de dollars d’ici la fin de l’année 2017. C’est 87 milliards de plus qu’en 2015, et le marché devrait atteindre une valeur de 236 milliards de dollars d’ici 2020. Les IaaS et les PaaS quant à elles devraient atteindre une valeur de 32 milliards de dollars, avec un taux de croissance annuel de 35%, soit beaucoup plus que le marché des SaaS.

AWS, toujours leader du marché, devrait atteindre 13 milliards de dollars de revenus, tandis que Microsoft Azure devrait générer des revenus deux à trois fois inférieurs. De son côté, Google se situerait entre 500 millions et 1 milliard de dollars. D’après l’analyste Dave Bartoletti de Forrester, la croissance du marché est bien plus rapide que ce qui était prévu en 2014, et la firme a été obligée de mettre à jour ses prévisions. Le taux d’adoption évolue beaucoup plus rapidement qu’à l’époque, et devrait continuer son ascension tout au long de l’année.

L’avènement du cloud 2.0

Face à cette croissance massive, l’analyste en chef d’IDC, Frank Gens, estime que l’industrie est arrivée à l’ère du Cloud 2.0. Elle a quitté le stade expérimental pour passer à l’étape de l’adoption massive par les entreprises. D’ici 2018, Gens prédit que 60% des workloads informatiques des entreprises seront sur le cloud. 85% des entreprises opteront pour un modèle d’architecture multi-cloud. Même pour les entreprises habituées au cloud, un temps d’adaptation sera nécessaire pour s’habituer aux changements à venir.

L’essor du Machine Learning et de l’intelligence artificielle

En cette année 2017, la priorité des vendeurs cloud est le machine Learning, et l’intelligence artificielle. En 2016, les trois principaux vendeurs ont fait d’importantes annonces liées à ce domaine. Google a lancé TensorFlow, une plateforme de Machine Learning open source, Microsoft a introduit une plateforme cloud pour le machine learning, et Amazon a annoncé trois nouveaux services machine learning dans le cadre de sa conférence re:Invent. Cette technologie est de plus en plus facile à utiliser et à intégrer aux applications développées sur le cloud pour les développeurs de tous les jours.

L’informatique sans serveur

Initiée en 2015, la tendance de l’informatique sans serveur (serverless computing) a continué à se développer en 2016 et se poursuit en 2017. Ce concept repose sur le développement d’applications pouvant être lancée sans ressources d’infrastructures. Le code est activé par des événements, par exemple un appareil IoT qui transmet des informations vers une base de données. La plateforme d’informatique sans serveur exécute ensuite une action correspondante, comme d’effectuer une copie d’une entrée de base de données dans une data warehouse par exemple.

Des applications complètes peuvent être développées de cette manière. La plateforme AWS Lambda a été créée en 2015, tandis que Microsoft a lancé Azure Functions en novembre 2016. De son côté, IBM a créé sa plateforme open source OpenWhisk en décembre 2016 et l’a rendu disponible sur sa BlueMix PaaS. De nouveaux cas d’usage devraient apparaître en 2017.

Containers

En cette année 2017, les containers semblent être la principale tendance pour les fournisseurs de cloud. L’analyste IaaS Deepak Mohan de IDC place le computing serverless et les containers dans la catégorie de l’informatique de prochaine génération. En 2017, de nombreuses plateformes de gestion de containers vont apparaître, et les orchestrateurs et outils spécifiques comme Kubernetes permettant la mise en réseau, la sécurité et le stockage des containers vont gagner des parts de marché et susciter l’intérêt des entreprises. Les vendeurs cloud proposent leurs propres plateformes. Google a son Cntainer Engine, AWS a son Elastic Container Service, et Microsoft a son Azure Container Service. Selon Bartoletti, seuls 10% des entreprises utilisent les containers en production à l’heure actuelle, mais jusqu’à un tiers les testent. En 2017, l’usage devrait se cristalliser.

L’unification du cloud privé et des infrastructures hyperconvergées

Toutes les actions n’ont pas lieu sur le cloud public. En 2017, le marché du cloud privé devrait passer du cloud privé traditionnel à des solutions PaaS moins chères, aux solutions de gestion cloud et au support de container. Le cloud privé sera de plus en plus développé par dessus les plateformes hyperconvergées, à savoir des infrastructures regroupant ressources informatiques, réseau et stockage. On peut notamment citer Microsoft Azure Stack.

Cloud hybride

Même si les entreprises développent leurs infrastructures de prochaine génération sur le cloud privé, elles souhaitent être ne mesure de lancer leurs workloads sur le cloud public grâce au cloud hybride. Le cloud hybride est au cœur de la stratégie cloud de Microsoft depuis le lancement de Microsoft Azure. De son côté, AWS a préféré ignorer cette notion de cloud privé et de cloud hybride, mais a présenté plusieurs produits et services allant dans ce sens durant la re:Invent 2016. Parmi ces produits et services, on compte le Snowball Edge, permettant d’effectuer des tâches informatiques en local et d’envoyer les données vers AWS.

Cloud management

Les entreprises doivent gérer leur usage du cloud. Elles doivent s’assurer de ne pas laisser tourner des machines virtuelles inutilisées, que leurs contrôles d’accès sont protégées à l’aide d’un système d’authentification multi-facteurs, et d’automatiser autant que possible pour augmenter l’efficience et réduire le taux d’erreur humaine. Heureusement, plusieurs fournisseurs cloud aident leurs clients à gérer leur usage des plateformes cloud. Le marché pour ces outils devrait connaître une forte croissance.

La construction de data centers se poursuit

Alors que le marché du cloud IaaS continue à se développer, les vendeurs continuent à ouvrir des data centers dans le monde entier pour s’aligner avec la demande et les exigeces des clients. Ils ajoutent également de nouveaux data centers dans des régions spécifiques pour s’aligner avec les lois locales. Ce développement devrait se poursuivre en 2017. Alors que les fournisseurs cloud comme Alibaba et Tencent ont des opportunités en Chine, les géants américains continuent de gagner du terrain. Microsoft a récemment annoncé l’ouverture de data centers en Afrique du Sud.

La consolidation du marché

Selon IDC, le marché IaaS américain est bien défini, et il est difficile pour les nouveaux arrivants de gagner des parts du marché. En revanche, des vendeurs comme Alibaba et Tencent ont l’opportunité de gagner des parts de marché en Chine et dans d’autres pays d’Asie. On ignore pour l’instant quelles seront les répercussions sur les USA.

L’appel d’offre privé en BtoB

L’appel d’offre privé est devenu monnaie courante dans tous les processus d’achat en BtoB. Et notamment quand une somme conséquente est en jeu. Par cette démarche, le commanditaire (acheteur ou maître d’ouvrage) met en concurrence plusieurs offreurs afin d’en sélectionner celui qui sera plus en mesure de le satisfaire sur les prestations des travaux, des services ou encore en fournitures. La sélection du soumissionnaire (l’entreprise ou le fournisseur) se fera alors à partir des critères formulés par le commanditaire dans le cahier des charges. 

Ce sont entre autres les délais de réalisation, la stratégie prévue etc. Ce dernier décrit en détail ses besoins en termes de prestation, produit ou service. En procédant à un appel d’offre, l’acheteur vise la meilleure offre possible. En public comme en privé, l’appel d’offre concerne tous les secteurs existants. 

Quelles différences entre un appel d’offre public et privé ?

Pour distinguer un appel d’offre privé d’un public, il faut savoir que différentes procédures régissent ce dernier. Elles concernent autant la formulation que la manière d’y répondre. Il faut consulter des sites restreints tels que BOAMP pour trouver des appels d’offres publics. En plus, ils sont légalement obligatoires pour tous marchés publics. En revanche, l’objectif principal d’un appel d’offre privé est la mise en concurrence. Le commanditaire privé fait parvenir ses cahiers de charges aux entreprises sélectionnées. 

Si dans le cadre privé, les entreprises candidates peuvent soutenir leurs propositions oralement, ce n’est pas le cas des marchés publics. Par contre, il est impératif que l’acheteur ait déjà remarqué l’entreprise en question dans le cadre d’un appel d’offre privé. La proposition de prix reste aussi négociable. Contrairement, on retiendra le prix évoqué lors de la candidature pour le marché public.

Le marché privé en BtoB

Le marché privé est pour ainsi dire, le contrat entre l’acheteur et l’opérateur économique privé. Les artisans se demandent souvent comment être au courant des projets de travaux de particuliers et recevoir leurs demandes de devis. Il y a deux choix possibles : soit faire appel à certains services d’apport d’affaires comme appel-doffre.com, vous donnant accès à des marchés privés, soit être là où les particuliers vont pour trouver des artisans. Faute d’une pub efficace, les jeunes entreprises ont du mal à se faire connaître et se retrouvent malgré eux à faire un peu trop de sous-traitance. 

Et pourtant, les particuliers ont recours à la recherche géolocalisée à partir d’appareils mobiles, au bouche à oreille et aux demandes de devis en ligne pour trouver leurs prestataires. Il vous suffit alors d’être bien positionné sur l’une de ces solutions pour avoir suffisamment de prospects et ne jamais manquer de chantier. Vous en conviendrez, tout cela contribue au développement de votre entreprise.