Accueil > Emplois Big Data : tout savoir sur les métiers de la donnée > Data Protection Officer : rôle, compétences, formations et salaire

Data Protection Officer : rôle, compétences, formations et salaire

data protection officer

DATA PROTECTION OFFICER

Le 26 avril 2016, le Parlement européen a publié son Règlement européen sur la protection des données (RGPD). L’article 37 de ce règlement oblige les entreprises et administrations qui traitent des données sensibles à grande échelle à employer une personne chargée d’assurer la sécurité et la conformité de ces données à partir du 25 mai 2018 dernier délai. Il s’agit du Data Protection Officer (DPO), ou délégué à la protection des données : l’un des nouveaux métiers du Big Data.

Tout savoir sur le métier de Data Protection Officer

La quantité massive de données disponibles au sein des entreprises peut poser des risques en matière de sécurité et de légalité. Le rôle du DPO est de s’assurer que l’utilisation des données à des fins commerciales ou internes de son entreprise respecte la législation en vigueur. S’il s’aperçoit d’un manquement à la loi, le Data Protection Officer doit s’empresser d’alerter la direction.

En somme, le Data Protection Officer peut être considéré comme le chef d’orchestre de la conformité. C’est lui que les responsables devront consulter lors du traitement de données à caractère personnel, aussi bien en ce qui concerne la sécurité informatique que la sécurité juridique.

Le Data Protection Officer contribue aussi à la valorisation de la donnée, véritable enjeu d’avenir pour les entreprises de toutes les industries. La législation sur les données concernant l’entreprise dans sa globalité, le DPO doit travailler avec tous les différents départements : direction générale, ressources humaines, recherche et développement, marketing…

Le délégué à la protection des données doit disposer de connaissances solides en informatique, en web et en cybersécurité. Cependant, ce professionnel se doit aussi de posséder d’importantes connaissances juridiques. Il doit notamment être incollable en droit des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Sachant qu’il doit collaborer avec les responsables et employés des différents départements de l’entreprise, le Data Protection Officer doit aussi être doté de talents pour la communication.

Plusieurs universités et écoles d’ingénieurs proposent déjà des formations de délégué à la protection des données personnelles de niveau bac+3 à bac+5. Avec l’échéance de la date fatidique du 25 mai 2018, de nombreuses formations supplémentaires devraient voir le jour.

Exemples de formations :

  • Diplôme d’université délégué à la protection des données data protection officer (Paris II Panthéon Assas)
  • Mastère de “Management et protection des données à caractère personnel” de l’ISEP
  • Mastère “Sécurité de l’information et des systèmes” de l’ESIA
  • Diplôme de correspondant informatique et libertés de l’Université de Paris Nanterre
  • Diplôme universitaire de DPO / CIL de l’université de Franche Comté
  • MBA spécialisé Management de la sécurité des données (Institut Léonard de Vinci)

Il est aussi possible de devenir Data Protection Officer avec un parcours de juriste spécialiste des NTIC. Certains informaticiens et autres ingénieurs en cybersécurité accèdent aussi à ce poste.

Les correspondants informatiques et libertés (CIL) font également le lien entre la CNIL et les entreprises et peuvent eux aussi envisager une reconversion au poste de DPO.

De manière générale, l’embauche d’un DPO étant obligatoire à partir du 25 mai 2018, les entreprises concernées par cette obligation ne sont pas très regardantes et cherchent à employer quiconque pourra exercer ce rôle.

L’article 37 du Règlement général sur la protection des données (RGPD) définit clairement quelles entreprises et administrations seront obligées de recruter ou de désigner un DPO à partir du 25 mai 2018.

Les entreprises et administrations sont concernées lorsque : “Le traitement est effectué par une autorité publique ou un organisme public, à l’exception des juridictions agissant dans l’exercice de leurs fonctions juridictionnelles”

“Les activités de base du responsable du traitement ou du sous-traitant consistent en des opérations de traitement qui, du fait de leur nature, de leur portée et/ ou de leurs finalités, exigent un suivi régulier et systématique des personnes concernées “.

“Les activités de base du responsable du traitement ou du sous-traitant consistent en un traitement à grande échelle de catégories particulières de données à caractère personnel relatives à des condamnations pénales”.

En somme, les entreprises et administrations concernées sont celles qui traitent des données personnelles sans plancher de taille. Cette obligation concerne donc de nombreuses entreprises, y compris les TPE et PME. Autant dire que les opportunités d’insertion sur le marché seront nombreuses.

Il est aussi possible de trouver du travail auprès d’un cabinet de conseil. Ces cabinets fourniront leurs services aux entreprises qui n’ont pas la capacité de recruter un délégué à la protection des données.

Ce métier étant relativement nouveau, il est difficile de déterminer le salaire d’un DPO avec précision. Selon l’Association française des données personnelles (AFCDP), les personnes qui exercent à l’heure actuelle des fonctions équivalentes à celle d’un DPO touchent entre 2500 et 4000 euros bruts.

Un correspondant informatique et libertés quant à lui gagne en France entre 2200 et 5000 euros brut. Le salaire varie évidemment en fonction de l’expérience et de l’entreprise.

Missions

  • S’assurer que l’entreprise respecte la législation sur les données
  • Alerter la direction en cas de manquement à la loi
  • Valoriser les données de l’entreprise

Compétences

  • Compétences en informatique, web, cybersécurité
  • Connaissances juridiques (droit NTIC)
  • Talent de communication et pédagogie

Diplômes et formations

  • Mastère
  • Diplôme CIL / DPO
  • Expérience juriste NTIC, ingénieur, informaticien
  • Expérience CIL

Salaire

Entre 2500 et 4000 euros bruts

depose cv emploi big data
#topcontrol { bottom: 75px;

Send this to a friend