OTAN technologies

OTAN : l’Alliance veut se renforcer en matière de technologies émergentes

L’OTAN a officiellement donné le coup d’envoi de deux nouvelles initiatives destinées à aider ses Etats membres à investir dans les technologies clés du futur.

La première est le lancement d’un nouveau programme de défense – appelé DIANA. La deuxième concerne la création d’un fonds d’innovation destiné à soutenir les entreprises privées développant des technologies disruptives à double usage (tant civil que militaire).

Ces mesures ont été officiellement approuvées lors de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN qui s’est tenue à Bruxelles le mois dernier, a déclaré le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg.

Plus d’un milliard d’euros pour les technologies émergentes

« Les nouvelles technologies remodèlent notre monde et notre sécurité », a assuré M. Stoltenberg. « Le nouveau fonds d’innovation de l’OTAN permettra aux alliés de ne pas passer à côté des dernières technologies et des capacités les plus récentes qui sont essentielles à notre sécurité », a-t-il par ailleurs expliqué.

Ce fonds devrait investir environ un milliard d’euros dans des entreprises et des organismes de recherche travaillant sur des technologies émergentes, selon le secrétaire général. Dix-sept pays alliés se sont engagés à contribuer au lancement du fonds d’innovation.

Il s’agit entre autres du Royaume-Uni, de la Pologne, de l’Italie, des Pays-Bas, de la République tchèque et de l’Allemagne. A noter que la France ne fait pas partie de ce groupe de pays signataires. Elle pourra toutefois y adhérer à l’avenir si elle le souhaite.

OTAN : création de systèmes d’intelligence artificielle interopérables

Outre le lancement de ces deux initiatives, les États alliés ont également approuvé la toute première stratégie de l’OTAN en matière d’intelligence artificielle.

Cette stratégie établira notamment des normes pour une utilisation responsable de l’intelligence artificielle, a noté M. Stoltenberg.

Elle décrira également « comment nous (Etats alliés, NDLR) allons accélérer l’usage de l’intelligence artificielle dans nos opérations (…) et comment nous allons faire face aux menaces posées par l’utilisation de cette technologie par nos adversaires », a-t-il ajouté.

C’est le programme DIANA qui s’occupera de coordonner la création par chaque pays de centres spécialisés en intelligence artificielle. L’interopérabilité de ces systèmes sera l’un de leurs grands atouts, a-t-on précisé du côté de l’OTAN.

En créant ces centres, l’objectif de l’Alliance atlantique est de disposer d’un écosystème commun où tous les alliés auront accès aux mêmes niveaux de technologie d’intelligence artificielle.

Miser sur la complémentarité des pays alliés face aux défis du futur

« Peu d’entre nous peuvent disposer du spectre complet des capacités et des systèmes de défense », a indiqué par ailleurs M. Stoltenberg. L’une des tâches les plus importantes de l’OTAN sera donc de veiller à ce que chacun de ses membres puisse s’aider mutuellement.

Le fonds d’innovation et le programme DIANA devraient contribuer à la création d’un tel réseau de soutien mutuel dans le domaine des technologies de défense.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest