Qui est derrière la commande de 200 MW d’électrolyseurs à hydrogène aux Etats-Unis ?

Un achat avoisinant les 45 millions d’euros fait par Nel de Norvège. A la commande, des électrolyseurs à hydrogène qui impacteront fortement le marché aux Etats-Unis.

Nel s’approvisionne en électrolyseurs à hydrogène auprès d’une société américaine 

Une société américaine verra bientôt son capital prendre de l’ampleur après que Nel ait acheté des électrolyseurs à hydrogène chez elle. Cet achat de grande envergure touchera forcément le marché de l’hydrogène.

Les détails de l’achat sont sortis, il s’agit de 200 MW d’électrolyseurs à hydrogène. Une proportion qui ne laisse pas indifférente vis-à-vis de la capacité mondiale qui n’excède pas 240 MW. Cette ressource coûte environ 225 000 euros par MW.

La société américaine reste inconnue jusqu’à ce jour. Mais c’est probablement stratégique vu que les acheteurs locaux ont déjà ratifié des engagements sur 20 ans en achat d’hydrogène. Néanmoins, tous ces mouvements autour du marché de l’hydrogène ont été élaborés depuis quelques années.

 

L’hydrogène : pour une réduction des empreintes carbones ? 

Ce gaz pourrait renverser le cours des choses dans la politique de réduction des émissions carbones. L’hydrogène étant une réserve d’énergie, peut être généré grâce aux électrolyseurs approvisionnés par de l’électricité renouvelable. Cette capacité pourrait prendre la place des combustibles fossiles en tant que sources d’énergies. Et l’énergie est aujourd’hui très recherchée. Cet achat n’est cependant que le début dans l’économie de l’hydrogène. La situation ne permet pas encore de troquer les combustibles fossiles par l’hydrogène.

Jon André Lokke, ancien responsable à la tête de Nel, alerte sur le fait que le marché soit perturbé par les orientations décisives concernant des projets d’hydrogène vert. « Un certain nombre d’entreprises n’investit pas dans les questions environnementales. Nous craignons fortement cette attirance des autres secteurs pour l’hydrogène. Un attrait soudain pour la denrée pourrait provoquer des pénuries, car les électrolyseurs ne pourront pas satisfaire pleinement toutes ces futures demandes. », selon Jon André.

Les data centers sont au cœur du secteur. Ils sont même les premiers acteurs car leur politique environnementale le permet. Par exemple, Microsoft a déjà testé l’utilisation de l’hydrogène dans des projets pilotes. L’entreprise est allée plus loin en testant le déploiement d’une certaine quantité d’informatique sur l’hydrogène.

Aux dernières nouvelles sur le même sujet, Electric Hydrogen (EH2) vient de recevoir un financement de la part d’Amazon et d’Equinor. Un financement atteignant 198 millions de dollars pour soutenir la production de l’énergie éolienne et solaire. Cette start-up américaine se spécialise dans la production de l’hydrogène vert à une échelle industrielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest