Ils font la data Guillaume Brandenburg

Ils font la Data | Guillaume Brandenburg (Databricks) : “L’excellence est au cœur de notre technique et de notre culture d’entreprise.”

Dans le cadre de notre dossier “Ils font la data”, Guillaume Brandenburg, Regional VP Southern EMEA chez Databricks a accepté de faire un point sur l’année écoulée et sur les grands enjeux marketing de ce début d’année.

LeBigdata.fr : Un mot pour définir l’année qui vient de passer ?

Guillaume Brandenburg : Maturité. En 2021, nous avons remarqué que les clients étaient désormais prêts à passer à la réalisation. Ils sont demandeurs de solutions et plus personne ne se pose la question de la pertinence d’une stratégie data. Le use case, c’est aujourd’hui de parvenir à avoir un impact sur le métier. Par exemple, les clients souhaitent utiliser leur data pour améliorer l’opérationnel, gérer les stocks.

Maturité également pour Databricks. En un an, on est passé de 25 collaborateurs à une cinquantaine avec l’arrivée de forces commerciales et des profils qui permettent d’accompagner les clients. 2021 a été une belle année de croissance, on est très content, mais on l’est plus encore des perspectives à venir. Notre positionnement est à la confluence du “move to cloud” et du data-driven company, on a donc le vent en poupe, et les croissances sont hallucinantes.

Bigdata.fr : Quelle est votre stratégie marketing dans cette période de croissance ? 

Notre ADN marketing passe avant tout par l’excellence du produit. Aujourd’hui, nous sommes reconnus par nos clients, nos partenaires, mais également par des analystes comme Gartner. L’excellence est au cœur de notre technique et de notre culture d’entreprise. 

Ensuite, nous souhaitons être le partenaire de nos clients. Ce terme peut sembler galvaudé, mais c’est une réalité chez Databricks. Nous nous engageons, nous souhaitons réellement comprendre les cas d’usage, nous estimons les gains métiers de nos actions ainsi que la couverture du risque. On leur donne accès à du matériel auquel ils n’auraient pas eu accès sans cela. C’est un investissement conjoint qui s’inscrit dans la durée.

Et d’un point de vue opérationnel, quelles sont les opérations marketing que vous avez pu mener ?

Comme tout le monde, nous avons subi le tsunami du Covid. Pendant longtemps, on n’a pas pu faire de présentiel. Auparavant, nous avions deux grands évènements par an qui pouvaient réunir jusqu’à 7 000 personnes. Nous les avons organisés en distanciel et nous avons remarqué qu’ils nous avaient permis de capter davantage de clients. Dans le futur, nous conserverons sans doute un fonctionnement hybride. Nous avons également organisé des webinars, envoyé des invitations aux clients, et opté pour une verticalisation des évènements en fonction des secteurs : finance, laboratoires pharmaceutiques…

Quels sont les grands enjeux de ce début d’année pour vous ? 

Nous avons des objectifs ambitieux. Il s’agit désormais d’organiser une mise à l’échelle. Nous souhaitons doubler voire tripler nos activités. Cela ne va bien sûr pas sans créer des difficultés, notamment le fait de pouvoir conserver notre ADN et de continuer de penser au client d’abord. Nous sommes extrêmement attentifs à cela. C’est notre valeur fondamentale. Nous nous équipons avec des outils, nous recrutons des personnes et du management avec l’objectif de maintenir une relation avec les clients qui sont à nos standards. Cela implique de passer du temps pour trouver les bonnes personnes.

Avez-vous des difficultés à recruter et recrutez-vous à l’étranger ?

Recruter n’est pas difficile. Ce qui est délicat c’est de trouver les bonnes personnes. Nous sommes très sélectifs et la barre est assez haute. Nous recherchons la bonne combinaison, celle qui mêle l’expertise, l’état d’esprit et d’autres critères encore. On ne recrute que les meilleurs talents du marché pour ensuite leur donner la possibilité de s’exprimer et de mettre leur savoir-faire au service des clients. 

Trouver les bonnes personnes. On recrute en restant très sélectif. On recrute les meilleurs talents du marché. Leur donner la possibilité de s’exprimer. Mettre ce savoir-faire au service du client. Et effectivement, nous recrutons beaucoup à l’étrange. Je vais par exemple doubler mes équipes en Espagne et ouvrir une présence en Italie.

Quels sont les évolutions produits que vous préparez pour les prochains mois ?

Nous avons plusieurs évolutions qui sont très attendues par les clients et dont nous sommes particulièrement fiers sur notre produit Lakehouse. L’enjeu majeur est d’opérer une démocratisation de la donnée comme me le disait le DSI de Michelin. Nous souhaitons donner à chaque employé les données qui lui permettront de prendre les bonnes décisions. Comme une boussole. C’est notre paradigme et c’est là-dedans que nous investissons en termes de communication.

Un mot pour définir vos objectifs pour 2022 ?

Scale. Ce sera le leitmotiv de cette année tout en conservant notre ADN et notre qualité d’impact.

 

Propos recueillis par Amandine Durand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest