Ordinateur quantique : la Chine affirme avoir surpassé Google

La pandémie du Covid-19 a accéléré, de manière exponentielle, le développement technologique dans le monde. Dans cette optique, la Chine s’est lancée dans la course au supercalculateur le plus performant. Elle affirme même avoir triomphé face au géant Google qui détenait, jusqu’à ce jour, l’ordinateur quantique le plus puissant au monde.

L’annonce a été faite par une équipe dirigée par Jian-Wei Pan. Ces chercheurs de l’Université des sciences et technologies de Hefei ont pu développer un ordinateur quantique. Selon leurs dires, celui-ci serait largement plus puissant, au point qu’il surpasserait même le champion en titre. L’outil aurait effectivement permis de résoudre un problème en une heure alors que cela aurait du prendre huit heures avec des superordinateurs classiques. Les spécificités du système ont été transférées sur le serveur de préimpression arXiv pour les petits curieux.

Etudier un échantillon de nombres aléatoires puis simuler un circuit quantique, voilà le problème de référence en question. Or, plus on ajoute des qubits au circuit et plus il est difficile de résoudre le problème. Les ordinateurs devront, à ce titre, déceler les tâches ingérables au plus vite.

Les résultats palpables de la technologie chinoise

Il y a deux ans, Google, fier de lui, dévoile son processeur Sycamore. L’hyperscaler pensait alors frôler la suprématie quantique en résolvant un problème qu’un simple ordi classique ne pouvait gérer. A la grande surprise de tous, deux ans plus tard, Pan et son équipe ont pu résoudre une version du problème. Cette technologie a pu traiter un problème qui est à l’origine cent fois plus difficile que celui de Google.

Muni de ses 54 qubits, le processeur de Google a trouvé la solution à un problème de référence en une durée de 200 secondes. Selon l’entreprise de technologie, même l’ordinateur le plus puissant au monde aurait du mal à aboutir à de tels résultats. Il lui faudrait, pour ce faire, 10 000 ans. IBM a pourtant bien annoncé que son superordinateur pouvait résoudre le problème en deux jours et demi.

Zuchongzhi, le nouveau processeur chinois affiche à sa carte 66 qubits au total. Soulignons que ce nom fait allusion au mathématicien du Ve siècle portant le même nom. Durant le test, l’équipe de Jian Wei-Pan n’en a cependant utilisé que 56 et cela a permis de trouver une solution en 70 minutes. Pour les scientifiques chinois, il s’agirait uniquement d’une démonstration sans équivoque de la suprématie quantique.