US Air Force autorise Oracle à recueillir ses données confidentielles

Le géant du cloud Oracle gère désormais les données secrètes du ministère de la Défense américaine. La nouvelle est sortie cette semaine à Washington.

Un contrat prometteur pour Oracle

Ce 15 février, le service cloud d’Oracle prendra désormais soin des données gouvernementales sensibles provenant d’US Air Force. Le département responsable de la sécurité nationale bénéficiera des cloud isolés d’Internet ainsi que la connexion aux réseaux gouvernementaux.

Glen Dodson, à la vice-présidence chez Oracle, affirme que la société est connue pour ses compétences en gestion de données secrètes. Grâce à sa disponibilité, ses performances pointilleuses et son informatique ouverte au DoD, Oracle rassure ses clients autant privés que publics.  En effet, les gouvernements étatiques et fédéraux font appel aux services du géant Oracle. Pour les exécutions de tâches difficiles, mais aussi sensibles, le système cloud est connecté aux réseaux gouvernementaux scrupuleusement protégés. Des datas concernant des missions spéciales, des informations à caractère confidentiel, des données sur l’armée y seront stockés et traités.

En octobre dernier, un porte-parole d’Oracle déclarait dans un communiqué de presse : « Oracle est ravi de fournir un service de qualité à l’armée. Nous développerons diverses applications pour optimiser la communication entre combattants et commandants. Par ailleurs, le système de gestion de données de l’armée profitera des dernières innovations que nous préparons. Les informations seront alors rapidement communiquées et exploitées. Cette collaboration n’est seulement pas exclusive avec Oracle, D’autres sociétés de services informatique de haut niveau travaillent avec et pour nous. »

Un résumé de l’historique de l’entreprise sur le marché du cloud

En 2016, Oracle Cloud Infrastructure, siégeant à Texas, s’affirmera auprès de l’armée et de la communauté du renseignement.

En 2018, Oracle déclinait un contrat s’élevant à 10 milliards de dollars pour le bénéfice des services cloud nommé Pentagone. La faille de ce projet se trouvait dans l’approche voulue gagnant-gagnant. Plus tard, Amazon mettait un terme à un autre concours : le cloud Joint Enterprise Defence Infrastructure.

En 2020, Oracle remportait le C2E ou Commercial Cloud Enterprise de la Central Intelligence Agency avec Amazon, Google, IBM et Microsoft. L’ICA préférait rester discret sur le montant des prix remportés à ce concours. Un projet établi sur plusieurs années. Amazon obtiendra plus tard un financement de 600 millions de dollars. Les mouvements en faveur des cloud computing évoluaient alors de manière exponentielle.

En 2021, la société signe un contrat pour le système avancé de gestion de combat de l’armée de l’air (ABMS). La fonction principale de cette branche était de connecter des capteurs et tireurs à travers services et domaines. Rattaché au service Joint All-Domain Command and Control, l’Air Force préparait plusieurs contrats d’environ 950 millions de dollars au maximum.

D’autre part, des propos de représentants de la CIA rapportaient l’attitude positive de l’entreprise envers les futures collaborations. « La CIA veut tester au plus vite les capacités des cloud via ce partenariat ».

Sources & crédits Source : c4isrnet - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest