Apple veut empêcher Facebook de collecter vos données… mais est-ce possible ?

Dans la dernière semaine du mois d’avril, Apple a publié la mise à jour iOS 14.5 qui comporte un outil appelé App Tracking Transparency. Ce dernier permet aux utilisateurs d’empêcher les applications de partager des données personnelles identifiables avec des tiers. Beaucoup, dont Apple, redoute cette fonctionnalité.

Une avancée majeure pour la confidentialité des utilisateurs

Cet outil pourrait bouleverser le modèle commercial des médias sociaux, qui dépend de la vente de publicités hautement personnalisées. Vous pouvez autoriser ou non cet outil. Vous pouvez également activer ou désactiver le suivi d’une application à tout moment en accédant au menu « Confidentialité » dans les paramètres de l’appareil et en cliquant sur « Suivi ». À partir de là, vous verrez une liste d’applications à côté des commutateurs pour lesquelles vous pouvez en activer ou désactiver l’outil. 

Demander à une application de ne pas vous suivre signifie qu’elle n’est pas autorisée à transmettre l’emplacement, le contact, la santé, l’historique de navigation ou d’autres informations identifiables qu’elle a collectées sur vous avec des annonceurs, des courtiers en données, etc. Cela devrait par exemple empêcher Facebook de vous proposer des publicités ciblées en tenant compte de votre historique de recherche sur Chrome. Par ailleurs, les applications ne pourront pas combiner les données qu’elles collectent sur vous avec des informations collectées ailleurs par des tiers.

Réorienter les relations des utilisateurs avec leurs données personnelles

Avant iOS 14.5, les utilisateurs avaient la possibilité de limiter les données partagées par les applications, mais la valeur par défaut était d’autoriser le suivi, et vous devez vérifier de manière proactive les paramètres pour le désactiver. Ce nouvel outil oblige les développeurs d’applications à demander la permission et peut-être simplement à arrêter le suivi de manière préventive pour ne pas avoir cette permission associée à leur application.

Le nouvel outil d’Apple pourrait frustrer bon nombre d’entreprises, qui, comme Facebook, s’attendent à ce que l’outil impacte sur leurs revenus. Le géant des réseaux sociaux a même déclaré que la décision d’Apple pourrait nuire aux petites entreprises.  L’entreprise a accusé Apple d’essayer d’utiliser sa position dominante sur la plateforme pour interférer avec le fonctionnement de ses applications et celles des sociétés tierces. 

Simplifier l’expérience utilisateur par opacité

Il n’y aura probablement aucun signe visible indiquant que l’outil fonctionne ou ne fonctionne pas. Cette opacité vise en partie à simplifier l’expérience utilisateur qui ne sera pas exposée en permanence au mécanisme sous-jacent des applications. Un utilisateur lambda ne sera pas en mesure de déterminer si l’une de ses applications enfreint les règles. Seuls Apple ou des chercheurs hautement qualifiés pourraient surveiller efficacement toute collecte de données douteuse.

Avec Apple agissant en tant que régulateur non officiel de la confidentialité des utilisateurs, comment les entreprises qui veulent vos données vont-elles faire face à cette nouvelle donne ? Le principal mécanisme de contrôle du suivi inter-applications consiste à limiter l’accès à ce que l’on appelle un identifiant pour la publicité (IDFA). Des chercheurs estiment qu’Apple ne peut pas simplement se fier à la technologie pour restreindre mécaniquement l’accès à l’IDFA.