Atos : en quête de partenaires des data centers et autres opérations héritées

Atos est une entreprise française qui fournit des services informatiques. Elle serait, aujourd’hui, à la recherche de collaborateurs pérennes pour une affaire représentative de 20 % de son chiffre d’affaires.

Atos, en quête de partenaires pour ses data centers

Des reporters de Bloomberg ont rapporté que le groupe Atos, un grand fournisseur de services technologiques en France cherchait à s’allier avec d’autres sociétés. Le groupe serait alors à la recherche d’un partenaire pour une poignée d’entreprises héritées. On notera qu’Atos projette d’élargir ses horizons en intégrant les secteurs du cloud computing et de la sécurité.

Myriam Balezou, Angelina Rascouet et Dinesh Nair rapportent l’utilité du partenariat. En effet, les opérations résultantes garantiront 20 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. Atos déclare également dans son communiqué que cela aura une incidence sur ses unités d’hébergement de centres d’appels et de data centers. Le géant français aurait des opérateurs experts dans des « activités sous-critiques » dans sa ligne de mire. Il espère ainsi pouvoir se recentrer sur les marchés clés.

La stratégie de l’entreprise pour faire face à la crise

Mardi dernier, une augmentation de 0,9 % a été observée sur les actions Atos. Cette croissance fait suite à la dernière hausse de 3 %. Malgré tout, l’action de l’entreprise demeure en baisse cette année. Elle est de 45 % inférieure, ce qui valorise la société à 4,5 milliards d’euros soit 5,3 milliards de dollars en moyenne.

Toujours d’après un rapport de Bloomberg News, Atos envisage de vendre des opérations héritées dont la marge est faible. Cette initiative lui permettra d’être focalisé sur des activités plus rentables. Tamlin Bason, un analyste chez Bloomberg Intelligence ne manque d’ailleurs pas de souligner que cette décision « signale la volonté de la direction d’explorer toutes les options pour s’orienter vers des domaines numériques à croissance rapide ». Cela dit, la liste des prétendants n’est pas longue notamment pour certaines unités.

Le partenariat inquiète l’analyste Tamlin Bason

Atos est aujourd’hui dans une situation angoissante. En effet, ses actions sont sujettes à une pression énorme. Soulignons que la semaine dernière, celles-ci ont clôturé à leur plus faible niveau, et ce, depuis 2014. Cela résulte vraisemblablement de la tentative de transformation qui a eu lieu le premier trimestre de cette année.

Ce projet qui incluait l’acquisition de DXC Technology, une entreprise concurrente américaine, a échoué. D’après Bason, la décision d’Atos à poursuivre un partenariat et non réaliser une acquisition ne serait peut-être pas la solution pour calmer les inquiétudes soulevées en début de l’année. N’oublions pas que le refus de DXC a tout de même marqué la chute d’Atos.

Sources & crédits Source : datacenterknowledge - Crédit :

Pin It on Pinterest