AWS souhaite faire de Calgary une nouvelle région de data centers

La division cloud du groupe Amazon introduit la formation cloud dans la région avec l’aide de l’Université Mount Royal.

Lundi dernier, AWS s’est prononcé sur son projet de data centers à Calgary. L’enseigne souhaite, en effet, « étendre ses services d’infrastructures » dans le monde. Les millions de clients de la société pourront ainsi disposer de cette deuxième région canadienne. Soulignons que parmi eux se trouvent des entreprises dont le siège est basé en Alberta.

Le dernier rapport d’impact économique divulgué par Amazon Web Services informe la somme que l’entreprise est prête à investir dans l’économie en Alberta. Les fonds déployés seront de 4,3 milliards de dollars. On notera que cette initiative sera pourvoyeuse de 950 emplois au Canada. Quant à la contribution au PIB, elle sera de 4,9 milliards de dollars en moyenne jusqu’en 2037.

Mais avant cela, une association est établie entre l’Université Mount Royal et AWS. Le géant du cloud proposera son programme AWS re/Start dans le contenu du programme EDGE UP 2.0 qui sera opérationnel d’ici 2022.

Le but de cette formation AWS re/Start sera d’intégrer les experts du pétrole et du gaz affectés à des postes de niveau d’entrée au sein du cloud. Ces professionnels pourront ensuite être mis en relation avec des employeurs. Soulignons que ceci s’inscrit dans le cadre de l’engagement d’Amazon à former gratuitement 29 millions d’individus à travers le monde. Ces personnes pourront ainsi accroître leurs compétences en technologie et notamment en cloud. Il est à noter que ce n’est pas une première pour Amazon, celui-ci ayant déjà participé à  la formation de plus de 100 000 canadiens depuis 2013.

Coup d’œil sur les autres investissements d’Amazon en région albertaine

En avril dernier, Amazon a parlé d’un premier projet concernant l’exploitation d’énergie renouvelable au Canada. Plus précisément, il s’agit d’un projet solaire de 80 MW. Celui-ci se tiendra dans le comté de Newell. Lorsque ce projet sera à son terme, l’entreprise s’attend à une production d’environ 195 000 mégawattheures. Affecté au réseau, cette énergie renouvelable pourra alimenter plus de 18 000 foyers dans l’année.

Deux mois plus tard, en juin, un projet de plus grande envergure fait son apparition. Il s’agit d’une ferme photovoltaïque de 375 mégawatts. Celle-ci aura lieu à Vulcan, toujours au Canada. Selon les prévisions de AWS, la mise en ligne de cette ferme solaire sera pour l’année 2022. L’énergie qui en résulte sera alors capable d’alimenter plus de 100 000 foyers à l’année. Amazon souligne sa volonté à respecter l’environnement local. Il s’est même engagé dans la voie du zéro carbone net d’ici 2040. Cet objectif concernera toutes ses activités, et ce, dans le cadre de The Climate Pledge.

Classé 28e sur 50 marchés nord-américains par le rapport 2021 de CBRE Scoring Tech Talent, Calgary a observé une croissance conséquente de ses talents technologiques depuis 2016. Cela est tout à fait normal étant donné le nombre croissant des emplois émergeant dans ce domaine ces dernières années. Pour information, les critères de classements se fondent sur les avantages concurrentiels des villes ainsi que leur attrait pour les opérateurs de la technologie.

Ce n’est pas tout puisqu’en septembre, Calgary figure « parmi les 100 meilleurs écosystèmes de startups technologiques émergentes au monde, et deuxième au Canada en tant qu’écosystème d’innovation avec le meilleur rapport qualité-prix pour le montant moyen collecté par la technologie locale. Ce second classement est réalisé par GSER ou Global Startup Ecosystem Report.

Sources & crédits Source : newswire - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest