Les ETF de cloud computing intéressent de plus en plus d’investisseurs

Ces derniers temps, les investisseurs se ruent vers les ETF de cloud computing.

2022 est une année assez singulière. Elle se caractérise par une discrétion anormale des marchés boursiers. De plus, les inflations post-covid ont opéré de grands changements, notamment d’un point de vue macroéconomique. De part et d’autre de la planète, les troubles géopolitiques se multiplient d’autant plus que les problèmes s’accumulent au niveau des chaînes d’approvisionnement. Quant aux banques centrales, elles espèrent tamponner cette hausse exaspérante, en utilisant des moyens de politique financière. Face à cela, une nouvelle tendance apparaît : celle de l’informatique dématérialisée.

S’adapter aux bouleversements macroéconomiques grâce à l’informatique dématérialisée

Microsoft décrit l’informatique dématérialisée comme étant toute forme de fourniture de services informatiques qui fait appel à Internet. Cela passe, bien évidemment, par « les serveurs, le stockage, les bases de données, la mise en réseau, les logiciels, l’analyse et l’intelligence ». Le but est de pouvoir proposer des solutions innovantes et rapides, de jouir d’une flexibilité de ressources ainsi que des économies d’échelle.

Ces dernières années ont, par ailleurs, été marquées par l’intérêt grandissant des investisseurs pour les ETF de cloud computing. Les fonds relatifs viennent, d’ailleurs, de bénéficier d’un financement de 3,2 milliards de dollars supplémentaires. Ces chiffres datent seulement de mars 2020.

Les ETF de cloud computing : une terre promise pour les investisseurs

Visiblement, les tendances macroéconomiques semblent défavoriser les actions à croissance élevée. Les entreprises s’attendent, de ce fait, à ce que l’accroissement des taux d’intérêts réduise le montant de leurs flux de trésorerie futurs. Cela a un impact négatif sur leur valeur globale, à ce jour.

Cette année, une baisse de 15 % a été enregistrée au niveau des VNI par action. Les concernés ont ainsi procédé au retrait de 194 millions de dollars des ETF de cloud computing. Ce « mauvais départ » pourrait, par ailleurs, s’apparenter à une opportunité pour les bailleurs de fonds. S’orienter vers le thème geek peut être plus fructueux qu’on ne le pense.

Pour information, il existe une pluralité d’ETF de cloud computing à découvrir. On citera, par exemple, ceux qui sont domiciliés aux États-Unis comme WisdomTree Cloud Computing Fund ETF (WCLD, 857 millions de dollars d’actifs sous gestion), le Global X Cloud Computing ETF (CLOU, 893 millions de dollars d’actifs sous gestion), ou l’illustre First Trust ISE Cloud Computing Index Fund (SKYY, 5,24 milliards de dollars d’actifs sous gestion).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest