japon veut collaborer avec l'AUKUS en matière de cybersécurité

IA et cybersécurité : une collaboration avec l’AUKUS serait bénéfique pour le Japon

Le Japon ne fait pas partie de l’AUKUS. Certes, mais le pays du soleil levant estime qu’il serait important de trouver un moyen de collaborer avec les pays membres de cette alliance. Et ce, dans les domaines comme la cybersécurité et l’intelligence artificielle.

Promouvoir des efforts à plusieurs niveaux pour la paix et la stabilité

Shinzo Abe, ancien premier ministre japonais, déclare que l’accord d’AUKUS était plus large que son projet initial. Autrement dit, cela va au-delà de la livraison d’au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire pour la marine royale australienne.

Durant son mandat, il aurait défendu un  « indo-pacifique libre et ouvert ». Cela ne peut se faire que si des pays partageant les mêmes idées restaient engagés dans la région à long terme. De ce point de vue, il salue la création d’AUKUS.

Il est extrêmement important dit-il de promouvoir des efforts à plusieurs niveaux pour la paix et la stabilité de la région indo-pacifique. Dans ce sens, il estime que le Japon devrait s’engager dans la coopération AUKUS dans des domaines comme les cybercapacités, l’intelligence artificielle et les technologies quantiques.

Le point de vue d’Abe est conforme à celui de Shingo Yamagami, l’ambassadeur du Japon en Australie. Ce dernier a laissé entendre que le Japon cherchait des moyens de participer aux initiatives d’AUKUS.

Des réactions divergentes

japon veut collaborer avec l'AUKUS en matière de cybersécurité

Le général Sir Nick Carter, chef d’état-major sortant du Royaume-Uni, affirme que le partenariat n’était pas conçu pour être exclusif. Il avait d’ailleurs évoqué avec optimisme que d’autres pays comme le Japon, le Canada et la Nouvelle-Zélande pourraient éventuellement rejoindre AUKUS.

S’il était possible dit-il d’en faire une alliance plus inclusive, il aurait emprunté cette direction. Mais Marise Payne, la ministre australienne des Affaires étrangères, affirme qu’à ce stade, il n’y a aucun plan d’expansion pour AUKUS.

Marise Payne précise néanmoins que les trois membres d’Aukus continueraient à mener un large éventail d’activités de coopération en matière de sécurité et de défense avec des partenaires partageant les mêmes idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest