Accueil > Cloud computing > JEDI Cloud : AWS fait annuler le contrat entre Microsoft et le Pentagone
jedi cloud aws pentagone justice contrat

JEDI Cloud : AWS fait annuler le contrat entre Microsoft et le Pentagone

Suite à une plainte déposée par Amazon, le contrat JEDI Cloud décerné à Microsoft par le Pentagone vient d’être mis en pause par la justice américaine. Une enquête va être menée pour vérifier si le choix du DoD n’a pas été influencé par l’hostilité de Donald Trump à l’égard d’Amazon et Jeff Bezos…

À travers son projet de Cloud Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI), le Pentagone compte moderniser ses opérations informatiques. Pour ce faire, le DoD souhaite faire appel à un seul fournisseur Cloud et a lancé un appel d’offres.

Un contrat juteux, qui pourrait rapporter jusqu’à 10 milliards de dollars sur dix ans à celui qui fournira ses services. Inutile de dire que les différents géants du Cloud étaient en compétition. En avril 2019, le Defense Department annonçait qu’Amazon et Microsoft étaient les deux finalistes en lice.

Les autres concurrents, tels qu’Oracle et IBM, avaient déjà été évincés. En juillet 2019, le président des États-Unis, Donald Trump, annonçait qu’il allait se pencher sur ce contrat après qu’IBM et d’autres entreprises aient protesté contre les méthodes employées pour choisir le fournisseur. En tant que leader mondial du Cloud public, Amazon Web Services parait en favori.

Cependant, le 25 octobre 2019, c’est finalement Microsoft qui a été choisi. Cette décision du DoD a provoqué l’ire d’Amazon, affirmant qu’elle était influencée par l’hostilité de Trump envers l’entreprise. Rappelons en effet que Donald Trump critique très souvent Amazon et son CEO. L’une des raisons est que Bezos détient aussi le Washington Post : journal affichant clairement sa position anti-Trump.

En décembre 2019, des documents déposés à la cour américaine par Amazon révèlent plus en détail pourquoi AWS remet en cause cette décision. Selon la firme de Seattle, Donald Trump aurait lancé  » des attaques en coulisse «  contre l’entreprise. Ce sont ces attaques qui lui auraient fait perdre le contrat. AWS a donc demandé au Defense Department d’annuler la décision et de mener une autre évaluation des propositions soumises.

Puis, en janvier 2020, AWS a présenté une motion pour demander à la cour de mettre en pause les travaux de Microsoft sur le contrat JEDI Cloud. Selon la firme de Jeff Bezos, le processus d’évaluation présentait en effet  » des déficiences claires, des erreurs et des biais immanquables « .

Plus tôt cette semaine, Amazon a aussi annoncé dans deux nouveaux documents remis à la cour son intention de porter plainte contre Donald Trump, le Secrétaire à la Défense Mark Esper, et l’ancien Secrétaire à la Défense James Mattis dans le cadre de sa protestation contre l’attribution du contrat JEDI Cloud.

Amazon souhaite notamment que Trump soit interrogé quant à son implication dans le processus d’appel d’offres. Selon son porte-parole, Jay Carney, la firme souhaite s’assurer que ce contrat ait été décerné  » sans interférences politiques « .

JEDI Cloud : la justice va vérifier si AWS a été évincé sur demande de Trump

Le jeudi 13 février 2020, un juge fédéral a finalement ordonné un blocage temporaire du contrat JEDI Cloud suite à la plainte déposée par Amazon. Pour des raisons inconnues, l’injonction n’a toutefois pas été rendue publique.

Néanmoins, AWS a pour instruction de mettre de côté 42 millions de dollars. Cette somme visera à rembourser les  » coûts et dommages  » s’il s’avère que l’injonction a été émise à tort.

Sans surprise, cette décision de justice est vivement critiquée par Microsoft et par le Department of Defense. Selon Frank Shaw, vice-président aux communications chez Microsoft,  » ce délai supplémentaire est décevant « , mais la firme est convaincue qu’elle pourra continuer à travailler pour  » s’assurer que ceux qui servent notre pays puissent accéder aux nouvelles technologies dont ils ont besoin d’urgence « .

La firme de Redmond ajoute qu’elle a pleinement confiance envers le DoD, et que les faits prouveront que le processus ayant déterminé  » que Microsoft est celui qui répond le mieux aux besoins d’un d’un combattant  » était juste et détaillé.

Microsoft a d’ailleurs déjà commencé à recruter pour se préparer pour ce projet d’envergure, malgré les protestations d’Amazon. La firme cherche notamment à attirer des talents en provenance de l’industrie de la défense ou d’autres entreprises rivales.

De son côté, le porte-parole du DoD, Robert Carver, se dit lui aussi déçu par la décision de la justice. Selon lui, ce litige  » ajoute un délai inutile à l’implémentation de la stratégie de modernisation du DoD et prive les combattants de capacités dont ils ont besoin d’urgence « …

1 commentaire

  1. Le titre est incorrect. Le contrat n’est pas annulé, il est seulement suspendu pour analyse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend