Accueil > Sécurité > RGPD > Twitter est accusé de violer le RGPD, l’Irlande ouvre une enquête
twitter rgpd

Twitter est accusé de violer le RGPD, l’Irlande ouvre une enquête

Twitter est accusé de violer le RGPD par un spécialiste britannique du nom de Michael Veale. Selon lui, la firme utilise un outil de liens raccourcis pour pister les internautes qui cliquent sur des liens depuis son réseau social. Une enquête a été ouverte par la Commission irlandaise de protection des données.

Sur le réseau social Twitter, le service de lien raccourci  » t.co «  permet de remplacer l’URL d’origine d’une page web et de rediriger les utilisateurs qui cliquent dessus. Un système fort pratique pour partager du contenu dans ses tweets sans dépasser la limite de caractères imposée par la plateforme.

Et si toutefois cette fonctionnalité anodine cachait de sombres desseins ? C’est ce que soupçonne Michael Veale, spécialiste de l’University College de Londres et membre de l’association Open Rights. Il craint que l’outil en question soit utilisé par Twitter pour pister les internautes qui cliquent sur ces liens, afin de recueillir davantage de données personnelles à leur sujet. Un procédé qui constitue une violation du RGPD, le règlement général sur la protection des données entré en vigueur dans l’Union européenne le 25 mai 2018.

Afin de vérifier si ses soupçons sont fondés, Michael Veale a justement saisi les droits qui lui sont conférés par le RGPD en demandant à Twitter de lui remettre toutes les données que l’entreprise détient à son sujet. L’occasion de vérifier si les liens sur lesquels il a cliqué ont permis de le pister sur la toile.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Twitter soupçonné de pister les internautes qui cliquent sur des liens sur son réseau social

twitter t co

Cependant, l’entreprise a refusé de lui remettre ses données en affirmant que la recherche nécessiterait  » un effort disproportionné « . En effet, c’est l’une des raisons pour lesquelles le RGPD autorise les entreprises à refuser de telles demandes.

Aux yeux de Michael Veale, toutefois, Twitter détourne ici le RGPD pour se soustraire à ses obligations. L’expert a donc décidé de saisir l’instance européenne mise en place pour superviser l’application du RGPD.

Suite à sa plainte déposée en août 2018, Veale vient de recevoir une réponse. La Commission irlandaise de protection des données, autorité de protection des données en Irlande où se trouve le siège européen de Twitter, va ouvrir une enquête officielle.

L’objectif de cette enquête sera de déterminer  » si oui ou non des dispositions du RGPD ou de la Irish Data Protection Act ont été enfreintes par Twitter « . Si tel est le cas, la firme californienne risque une lourde amende pouvant aller jusqu’à 4% de son chiffre d’affaires annuel.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend