Accueil > Sécurité > RGPD : 742 fuites de données déclarées en France en 4 mois
rgpd fuite données cnil

RGPD : 742 fuites de données déclarées en France en 4 mois

La CNIL annonce avoir reçu 742 signalements de fuite de données depuis l’entrée en vigueur du RGPD dans l’Union européenne le 25 mai 2018. Au total, 33,7 millions de personnes ont vu leurs données compromises.

Depuis l’entrée en vigueur du RGPD dans l’Union européenne le 25 mai 2018, les entreprises et organismes qui gèrent des données personnelles ont pour obligation de déclarer toute fuite de données aux autorités de protection sous 72 heures. Si cette obligation n’est pas respectée, les entreprises encourent une amende pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% de leur chiffre d’affaires annuel.

Dans ce contexte, la CNIL, qui est l’autorité de protection des données française, révèle avoir reçu un total de 742 signalements de fuites de données personnelles entre le 25 mai et le 1er octobre 2018. Au total, ce sont les données de 33,7 millions de personnes qui ont été compromises par ces différents incidents. Précisons que les victimes ne sont pas toutes des Français, mais que les organismes qui détenaient les données sont basés en France.

RGPD : plus de la moitié des fuites de données sont liées à des cyberattaques

vol données

Sur ces 742 fuites de données, 421 sont liées à des piratages informatiques. En outre, 62 sont dues à l’envoi involontaire des données à un mauvais destinataire. Enfin, 47 ont été provoquées par la perte ou le vol d’un équipement contenant des données, et 42 par une publication involontaire. Les erreurs humaines restent donc la cause principale de fuites de données derrière la cybercriminalité.

En ce qui concerne la nature des fuites signalées à la CNIL, 695 d’entre elles sont des atteintes portées à la confidentialité des données personnelles. Les autres peuvent être des indisponibilités des données, comme dans le cas d’une attaque de ransomware, ou d’intégrité, dans le cas de figure où les données sont altérées.

Pour conclure, concernant les principaux secteurs touchés par les fuites et violations de données, le rapport de la CNIL révèle que le secteur le plus touché et celui de l’hôtellerie et de la restauration. A lui seul, ce secteur cumule 185 notifications adressées à la CNIL.

Ce nombre alarmant de signalements serait en grande partie lié à une violation de données subie par un prestataire de services. Ce dernier fournit des outils de réservation à un grand nombre d’entreprises qui constituent sa clientèle, ce qui explique pourquoi la CNIL a reçu de nombreux signalements suite à cette fuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend