Accueil > Analytics > Le RGPD entre en vigueur dans l’Union européenne, on fait le point
rgpd entrée vigueur

Le RGPD entre en vigueur dans l’Union européenne, on fait le point

C’est le grand jour. Ce 25 mai 2018, le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) entre en vigueur dans tous les pays membres de l’Union européenne. L’occasion de faire le point sur ce que change ce texte pour les entreprises, mais aussi pour les particuliers.

Le RGPD, ou GDPR en anglais, est le nouveau Règlement Général sur la Protection des Données. Il s’agit d’une loi adoptée à l’échelle de toute l’Union européenne. Son but est d’octroyer aux particuliers plus de contrôle sur leurs données personnelles, en pénalisant les entreprises qui ne font pas suffisamment preuve de transparence sur la façon dont elles exploitent ces informations.

Désormais, toutes les entreprises qui collectent ou traitent des données de citoyens de l’Union européennes doivent se soumettre à ce règlement. En cas de fuite de données, une notification doit être envoyée dans les 72 heures qui suivent sa découverte.

Les entreprises qui ne se plient pas aux règles du RGPD devront payer une amende à hauteur de 20 millions d’euros ou 4% de leur chiffre d’affaires annuel si cela représente une somme supérieure. Pour des géants du web comme Google ou Facebook, l’amende pourrait donc représenter plusieurs centaines de millions d’euros.

RGPD : qu’est-ce qui change pour les entreprises et pour les particuliers ?

Pour les entreprises, l’entrée en vigueur du RGPD implique des changements majeurs. De nombreuses firmes du secteur du web ou de la technologie ont déjà adopté de nouvelles pratiques visant à rendre leur exploitation des données plus transparentes. Facebook et Twitter ont modifié leurs conditions de confidentialité pour les rendre plus compréhensibles, tandis qu’Apple ou Instagram permettent désormais aux utilisateurs de télécharger leurs données facilement.

Pour les particuliers, le RGPD va permettre de reprendre le contrôle sur les données personnelles. Désormais, si un particulier exige de recevoir la liste des données collectées à son sujet, l’entreprise ou l’organe public concernés devront se plier gratuitement à la requête dans un délai d’un mois. De même, il sera possible d’exiger la suppression de ses données personnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend