stockage données lto

Data Center : le stockage sur cassettes LTO réduit l’émission de CO2 de 95%

Comment réduire l’impact environnemental des Data Centers ? Selon Fujifilm, l’adoption des cassettes LTO pourrait réduire les émissions de CO2 de 95% par rapport aux disques durs HDD.

La transformation numérique de la société rend nos vies plus confortables au quotidien. Toutefois, son impact sur l’environnement ne doit pas être négligé.

À l’échelle mondiale, le volume de données généré par l’humanité devrait augmenter de 27% an au fil des années à venir. Les conséquences pourraient être désastreuses.

pcloud black friday 2022

Selon Harunobu Oki, directeur général de la Branded Solutions Group Recording Media Products Division chez Fujifilms Corporation,  » l’augmentation du volume de données est liée à l’apparition de technologies comme la 5G permettant de transférer de larges volumes de données à très haute vitesse, et à l’utilisation croissante de données collectées par les appareils IoT (Internet des Objets) « .

Selon une étude menée par Fujifilms, la consommation d’énergie par les principaux opérateurs de Data Centers a augmenté de 31% entre 2017 et 2020. Les émissions de CO2 associées sont également en forte hausse.

Dans ce contexte, il est important d’adopter des technologies permettant de réduire l’impact du Big Data sur l’environnement. C’est une responsabilité sociale de la part des entreprises.

À mesure que nous stockons des données, nous consommons davantage d’énergie et produisons donc davantage de CO2. De plus, les déchets électroniques s’accumulent.

Les cassettes Linear-Tape Open (LTO) comme alternative aux HDD et SSD

Selon Fujifilm, la solution pourrait être les cassettes Linear Tape-Open (LTO) qui la firme vient de lancer sur le marché. En comparaison avec les disques durs HDD ou les SSD, le stockage sur cassette consomme beaucoup moins d’électricité.

Cette technologie peut donc permettre de réduire les émissions de CO2 à hauteur de 95%. En remplaçant 60% des HDD utilisés à l’heure actuelle par des cassettes, les émissions de CO2 seraient atténuées de 57%.

Selon une autre étude publiée par IDC, si 80% des données archivées et 57% des données répliquées détenues par les entreprises étaient transférées sur des cassettes, les émissions de CO2 seraient réduites de 43,7% d’ici 2030. Ceci représente 664 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent de la consommation énergétique annuelle de 80 millions de foyers.

De plus, les cassettes offrent une durabilité nettement supérieure aux HDD. Ceci permet aussi de lutter contre les déchets électroniques.

Seul bémol ? Les cassettes sont davantage adaptées au stockage de données froides : les données auxquelles il n’est pas nécessaire d’accéder fréquemment.

Jusqu’à présent, cette technologie était principalement utilisée par les entreprises ayant besoin de conserver de larges volumes de données sur de longues périodes : instituts de recherche, production de vidéo, fabrication, finance, météorologie…

De même, afin d’atteindre la neutralité carbone, les géants de la tech comme Google, Microsoft ou Baidu ont adopté le stockage de données sur cassette. À l’avenir, la demande devrait fortement augmenter dans une large variété d’industries aussi bien pour les grandes entreprises que pour les fournisseurs de services Cloud d’envergure moyenne.

L’amélioration des technologies de refroidissement et l’adoption des énergies renouvelables ne sont pas suffisants pour réduire l’impact environnemental des Data Centers. La prochaine étape semble être l’exploitation massive des cassettes LTO.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest