Data Center, la triste réalité sur l’impact environnemental

En raison de la conjoncture sanitaire planétaire, l’ère du numérique a connu un bond considérable en très peu de temps. Aujourd’hui, le travail en local fait place au télétravail. Par ailleurs, l’on passe plus de temps en ligne, faisant du Big Data un secteur florissant. De nombreux industriels décident, à ce titre, d’axer leur décision autour de l’analyse des données informatisées. Une décision qui impacte négativement l’empreinte carbone dans le monde.

Des chiffres alarmants

Selon une publication de Wired en 2018 : « Google estime que chaque recherche émet environ 0,2 gramme de CO2 dans l’atmosphère, en raison de l’énergie nécessaire pour alimenter les câbles, les routeurs et les serveurs qui font fonctionner Google ». Le magazine américain rajoute que c’est pire sur Youtube. En effet, pour 10 minutes de visionnage, cela équivaut à 1 gramme de carbone de dégagé. Dans les deux cas, une chose est sûre, la consommation en énergie des centres de données ne cesse d’augmenter. Dernièrement, ce secteur a dégagé autant de CO2 que l’industrie aérienne dans le monde. Et ce qui est alarmant dans tout cela, c’est que ces chiffres datent de l’avant COVID-19.

Le data center, devenu un grand pollueur de l’environnement

Au début de la pandémie, les émissions de gaz carbonique de la filière énergie ont chuté de 6 %. Néanmoins, cette baisse n’était que de courte durée. Quelques mois ont suffi pour que tout redevienne à la normale. Le problème, aujourd’hui, c’est que ces émissions sont en ascension permanente. Avec une consommation moyenne de 200 térawattheures par an, les centres de données figurent désormais parmi les principaux pollueurs. Après tout, ces chiffres indiquent près de 1 % de la demande d’électricité mondiale puis 0,3 % des émissions de CO2.

pcloud black friday 2022

Aujourd’hui, la faute n’est alors plus reléguée uniquement aux acteurs du transport ou encore de l’agriculture. Si cela continue, une catastrophe serait à prévoir ultérieurement. D’après le magazine Forbes, « il n’y a pas de voie vers une planète plus propre sans aborder la consommation d’énergie considérable des centres de données qui alimentent notre économie de plus en plus numérisée ».

Des centres de données fonctionnant à l’énergie verte

La solution proposée pour pallier à ce danger imminent serait alors que chaque propriétaire de data center investisse dans une énergie renouvelable. Ils peuvent, par la même occasion, collaborer avec des fournisseurs d’énergie verte. C’est ce que font déjà de nombreux géants comme Microsoft, Google ou Amazon. Cette dernière est d’ailleurs le plus grand acheteur d’énergie renouvelable dans le monde. Quant à Google, la société a entrepris une approche différente mais pas moins intéressante. Elle a décidé de convertir une de ses fermes de serveurs en une batterie XXL, dans l’optique de stocker de l’énergie renouvelable.

Pin It on Pinterest