Les data centers ont atteint des dépenses record en seulement 3 ans

Comme si les dépenses record des data centers de ces trois premiers mois ne suffisaient pas. Les principaux hyperscales et fournisseurs de cloud devraient investir encore 25 % de plus cette année. Les 18 milliards de dollars seront sûrement atteints.

Les dépenses en data centers poursuivent le chemin de croissance

Selon un rapport de recherches du groupe Dell’Oro, celle-ci est l’augmentation la plus rapide des investissements cloud en près de trois ans. Ces recherches ont révélé que c’est principalement à cause des coûts unitaires plus élevés et des nouveaux déploiements de cloud.

Les dépenses feront encore objet d’une augmentation supplémentaire au plus tard cette année, selon l’analyste de Dell’Oro, Baron Fung. Il y a deux grandes raisons derrière cela. Tout d’abord, les quatre principaux fournisseurs de cloud continuent à répandre leur infrastructure dans plus de 30 nouvelles régions. Puis, les prix de la mémoire ne cessent d’augmenter devant les familles de processeurs de nouvelle génération d’Intel et d’AMD.

Des coûts d’infrastructures unitaires élevés

Dell’Oro fait référence au problème post-pandémique de la chaîne d’approvisionnement. D’ailleurs, Fung déclare qu’il n’y a qu’une chose à l’origine de ces dépenses record du trimestre des data centers. C’est le prix de vente moyen élevé, contre une augmentation des volumes unitaires. L’analyste espérait au départ que le problème de la chaîne d’approvisionnement se stabiliserait au second trimestre. Mais il est maintenant conscient que ce n’est pas le cas, a-t-il-déclaré.  Selon lui, contrairement aux hyperscales, les entreprises clientes n’ont pas la chance d’affronter cette augmentation de prix.

Une motivation pour le cloud public

La plupart des entreprises d’aujourd’hui n’ont en possession que des budgets d’investissements fixes. Alors, des prix plus élevés signifient pour eux peu d’unités, d’où moins de capacité. Fung déclare alors que le cloud public est l’alternative idéale pour l’année qui suit. Bien évidemment, vu que les entreprises désirent lisser les délais d’exécution prolongés et la tarification plus élevée de l’infrastructure. Fung  est prêt à ce que les entreprises lèveront des infrastructures dans leurs propres data centers. Et ce, à mesure que celles-ci se familiarisent avec ces charges de travail.

D’un autre côté, selon Fung, la montée en puissance de l’informatique accélérée est un autre domaine à surveiller. C’est à cause de l’intensification des déploiements d’IA et ML face à la préparation des choses comme le Metaverse. « D’un point de vue unitaire, le calcul accéléré est encore assez faible, mais d’un point de vue monétaire, il s’agit d’un pourcentage à deux chiffres de toutes les dépenses du centre de données. », poursuit-il.

Jusqu’à aujourd’hui, la demande ne cesse de dépasser l’offre. C’est pour cette raison même que Fung prévoit une élévation incessante des dépenses d’investissements des data centers. Du moins, pour tout le reste de l’année 2022. Par contre, il espère que la situation s’adoucit vers la fin de 2023. A condition que la chaîne d’approvisionnement se stabilise, bien évidemment. Tout dépend donc de cette dernière pour les prochains trimestres, déclare-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest