Pandora Papers, fuites massives de données financières

Fuite massive de données : la richesse cachée des grands dirigeants révélée

Des millions de documents révèlent les transactions et les actifs offshores de plus de 100 milliardaires, 30 dirigeants et 300 fonctionnaires. Ces personnes comptant parmi les plus riches et les plus puissantes du monde sont citées dans le plus grand trésor de données offshore jamais divulguées de l’histoire.

Un cache comprenant près de 11,9 millions de fichiers d’entreprises

Baptisée Pandora Papers, le cache comprend 11,9 millions de fichiers d’entreprises embauchées par de riches clients pour créer des structures offshore et des fiducies dans des paradis fiscaux tels que Panama, Dubaï, Monaco, la Suisse et les îles Caïmans. Ils exposent les affaires offshore secrètes de 35 dirigeants, y compris les présidents actuels et anciens, les premiers ministres et les chefs d’État. Ils mettent également en lumière les finances secrètes de plus de 300 autres agents publics tels que des ministres, des juges, des maires et des généraux dans plus de 90 pays.

Plus de 100 milliardaires figurent également dans les données divulguées. Parmi les concernés, des célébrités, des rock stars et des chefs d’entreprise. Beaucoup utilisent des sociétés écrans pour détenir des propriétés de luxe, des maisons notamment, des yachts, ainsi que des objets (antiquités cambodgiennes pillées, peintures de Picasso ou de Banksy, …).

Du roi Abdallah de Jordanie à l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair

Selon les agences de presse, les journaux montrent comment le roi Abdallah II de Jordanie a secrètement acheté des propriétés d’une valeur de plus de 100 millions de dollars à Londres, Washington et Malibu. Tony Blair et son épouse, quant à eux, auraient évité de payer plus de 400 000 dollars d’impôts fonciers en achetant une société des îles Vierges britanniques qui détenait une propriété à Londres qu’ils ont payée 8,8 millions de dollars en 2017. 

Pandora Papers, fuites massives de données financières

Selon les documents, une femme russe qui aurait eu une relation avec Vladimir Poutine serait devenue propriétaire d’un appartement de luxe de  3,6 millions d’euros à Monte-Carlo en 2003. Ilham Aliyev, l’homme fort de l’Azerbaïdjan depuis 13 ans, a également été nommé dans les documents. Ces derniers détaillent comment un réseau de sociétés offshore liées à sa famille et à ses associés a négocié pour environ 400 millions de livres sterling de biens au Royaume-Uni. DSK, Shakira, Elton John, Ringo Starr ou encore Claudia Schiffer apparaissent également dans les documents.

Des documents obtenus par l’ICIJ

Le vaste trésor de documents a été obtenu par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Le Washington Post a collaboré à l’enquête, qui a impliqué plus de 600 journalistes dans 117 pays et territoires, la plus grande jamais organisée par l’ICIJ. Quelques heures après la publication, au moins huit gouvernements ont promis de lancer leurs propres enquêtes sur les activités financières révélées dans les journaux.

Partout dans le monde, les acteurs politiques nommés dans l’enquête ont été critiqués pour des dépenses somptueuses et des pratiques opaques. Certains ont défendu leurs actions. Le Premier ministre tchèque Andrej Babis, qui est candidat à sa réélection cette semaine, a suggéré que les révélations des Pandora Papers à son sujet faisaient partie d’un effort pour influencer les élections tchèques. Cherie Blair s’est aussi défendue de sa pratique, qui, selon elle, n’a rien d’inhabituelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest