Le pari nucléaire à 4 milliards de Bill Gates pour sauver le climat

Avec l'urgence de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de nouvelles technologies émergent pour produire de l'électricité sans recourir aux énergies fossiles. C'est dans cette optique que l'homme d'affaires s'est lancé dans le développement de réacteurs nucléaires avancés à travers sa société TerraPower.

Refroidissement au sodium

Le processus vient de franchir une étape importante avec le début des travaux de construction sur le site de Kemmerer, petite localité du Wyoming. C'est là que doit être implanté le premier réacteur nucléaire de TerraPower, d'une puissance de 345 mégawatts.

Contrairement aux réacteurs actuels refroidis à l'eau, celui de TerraPower utilisera du sodium liquide comme caloporteur. Cette conception, bien que connue depuis longtemps, n'a encore jamais été mise en œuvre à l'échelle commerciale aux États-Unis.

Le principal avantage de ce type de réacteur est qu'il est intrinsèquement plus sûr, car il fonctionne à une pression plus faible et à une température plus élevée que les réacteurs à eau pressurisée conventionnels.

Un défi financier et réglementaire

Avec un coût estimé à 4 milliards de dollars, dont la moitié prise en charge par le gouvernement américain, le projet de Kemmerer reste un pari financier important.

Bien que la facture soit élevée et suscite des interrogations, Bill Gates voit dans ce réacteur sodium « l'avenir énergétique de l'Amérique« . Selon lui, de tels projets doivent réussir pour permettre un approvisionnement énergétique sûr, décarboné et abondant.

Avec une production de pointe de 500 mégawatts, la centrale nucléaire de Kemmerer peut alimenter jusqu'à 400 000 foyers.

Restez à la pointe de l'information avec LEBIGDATA.FR !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et rejoignez-nous sur Google Actualités pour garder une longueur d'avance.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

4 commentaires

4 Commentaires

  1. On a abandonné le sodium liquide car il brûle a l’air et explose à l’eau.
    Le feu de la centrale nucléaire au Japon a fait réfléchir les français qui ont abandonné super phénix

  2. Bravo pour ce magnifique projet. Je m’interroge cependant sur la mise en pratique à l’échelle mondiale : 4 milliards pour alimenter 400 000 foyers, rappelez nous, on est combien sur terre ? Il nous faudrait combien de centrales comme cela ? Plus de 10 000? Meme en mixant avec d’autres énergies propres on risque d’arriver à un chiffre impossible…sans compter le combustible fissible on en aurait sûrement pas assez pour alimenter tout ça ? Si quelqu’un a des éléments de réponse je suis preneur.

  3. Ça fait beaucoup de bill gates! Comment vous allez faire pour en trouver autant ?

  4. Ahah, elle est bonne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *