Au Sénégal, un Data Center d’Etat accueilli comme une révolution

Mardi dernier, le Sénégal a d’inauguré son premier Data Center d’Etat. L’infrastructure construite à proximité de Dakar, à Diamniadion, est alors perçue comme un « outil de souveraineté numérique ». Sa mission sera de conserver les données des secteurs publics et privés.

Les yeux de tous et notamment ceux des autorités sont aujourd’hui rivés sur cet instrument « révolutionnaire ». L’on s’attend effectivement à ce qu’il permette la dématérialisation des formalités administratives. Soulignons que ce projet est inclus dans le Plan Sénégal Emergent. Il profite, en ce sens, d’un partenariat avec la Chine.

Le Sénégal brille de mille feux avec son nouveau data center

La ville de Diamniadio est sens dessus dessous. En effet, un nouveau centre de traitement de données verra le jour sur un bout de piste de la région. Cette construction sur un terrain de 1 hectare représente beaucoup pour Cheikh Bakhoum qui qualifie le projet de « nouvelle ère ». D’après ce DG de l’Agence de l’informatique de l’Etat ou ADIE, 1 % des data centers dans le monde se trouve sur le continent africain.

Ainsi, la population locale est obligée de payer si elle souhaite en profiter. « Aujourd’hui, le Sénégal dispose du plus grand Data Center dernière génération de l’Afrique de l’Ouest, avec presque mille mètres carrés de salles techniques et 1,4 MW de puissance énergétique. » ajoute-t-il.

Quel sera l’impact de ce data center sur la vie au pays ?

Ce projet aura une incidence sur la vie quotidienne des entreprises sénégalaises, mais aussi des citoyens. Selon un communiqué du président Macky Sall, la digitalisation de toute l’administration est nécessaire. Il confirme, par la même occasion, le fait que le nouveau Data Center puisse héberger toutes les données disponibles que possède l’Etat.

Certes, de nombreux partisans du gouvernement actuel ne peuvent qu’applaudir cette avancée technologique. Toutefois, pour beaucoup de citoyens, les avantages attendus du Data Center ne sont pas très clairs. A quoi cette infrastructure va-t-elle réellement servir ? Nul ne peut y répondre avec certitude. Cela dit, le data center de Diamniadio ne peut que faire la fierté du pays.

Durant son discours, le président a salué particulièrement l’Etat chinois qui, notons-le, a contribué à la réalisation de ce projet. Et c’est là que se pose la question de « souveraineté numérique ». Un expert dans le secteur ne manque effectivement pas de donner son opinion quant à l’utilisation du groupe chinois Huawei. Alors que les Etats-Unis d’Amérique suspectent cet outil d’espionnage, le doute plane au Sénégal.

Pin It on Pinterest