hackers corée nord vaccin pfizer covid

La Corée du Nord a piraté Pfizer pour voler les données du vaccin COVID-19

Les hackers à la solde de la Corée du Nord auraient piraté Pfizer afin de s’emparer des données sur le vaccin contre la COVID-19. C’est ce qu’affirme une agence d’espionnage de Corée du Sud…

Après les hackers du Dark Web, au tour de la Corée du Nord de pirater Pfizer pour voler les données du vaccin contre la COVID-19. Selon une agence d’espionnage sud-coréenne, des hackers à la solde de Kim Jong Un auraient assailli les systèmes informatiques du géant pharmaceutique pour s’emparer de précieuses informations.

Pour rappel, depuis l’apparition du coronavirus Sars-Cov-2 en janvier 2020 chez son voisin chinois, la Corée du Nord a fermé ses frontières pour protéger sa population contre la pandémie qui a déjà tué plus de 2 millions de personnes.

À plusieurs reprises, Kim Jong Un a affirmé que son pays n’avait aucun cas de COVID-19. Une affirmation peu crédible aux yeux des experts du monde entier, compte tenu de l’omniprésence du virus à l’échelle mondiale.

Le piratage de Pfizer par les hackers nord-coréens semble confirmer que la Corée du Nord n’est pas épargnée par cette crise globale. Le pays totalitaire a besoin d’un vaccin pour lutter contre le virus et ouvrir à nouveau ses frontières, dont la fermeture ajoute une pression sur son économie déjà malmenée par les sanctions internationales.

La Corée du Nord : une dictature connue pour son armée de hackers d’élite

La Corée du Nord est réputée pour son armée de hackers d’élite qui ont attaqué des entreprises, des institutions et des chercheurs de Corée du Sud et du monde entier à de nombreuses reprises. À présent, il semblerait que ces experts en cyberattaques soient le dernier espoir du pays face au virus.

Le vaccin Pfizer a été développé en partenariat avec l’entreprise allemande BioNTech. Il est basé sur la technologie d’ARN messager, permettant de modifier les cellules humaines pour développer des résistances contre le COVID.

Ce vaccin fait partie des formules approuvées par les États-Unis et l’Union européenne pour lutter contre le virus, au même titre que ceux de Moderna ou AstraZeneca. Toutefois, en janvier 2021, des hackers ont publié des données volées sur le vaccin en dénonçant  » une incroyable fraude «