dark web données police

Dark Web : un officier de la DGSI vend les données de la police aux criminels

Sur le Dark Web, un officier de la DGSI vendait les données confidentielles de la police à des criminels en échange de Bitcoins. Il proposait notamment à ses clients de tracer les smartphones des membres de gangs rivaux (et de leurs épouses) afin de les localiser.

Suite au démantèlement du forum Black Hand sur le Dark Web, les autorités françaises viennent d’arrêter un officier de la DGSI qui vendaient des données confidentielles à des criminels. Oeuvrant sous le pseudonyme  » Haurus « , l’homme proposait plusieurs services à sa clientèle en échange de Bitcoins.

Il proposait notamment des documents sensibles à des cybercriminels pour leur permettre de créer de faux documents. Un autre de ses services permettait aux criminels de suivre la position géographique des smartphones de membres de gangs rivaux ou de leurs épouses. Haurus proposait aussi aux criminels de savoir s’ils étaient pistés par la police française, et quelles informations les autorités détenaient sur eux.

Dark Web : Haurus proposait aux criminels de tracer le smartphone des membres de gangs rivaux

dark web dgsi

Suite au démantèlement de Black Hand, les documents mis en vente ont permis de remonter la piste des acheteurs. Haurus, quant à lui, a été arrêté à Nanterre le 28 septembre 2018. Il encourt jusqu’à sept ans de prison, et une amende de 100000 euros. Les autorités n’ont pas dévoilé sa véritable identité.

Sur le Dark Web, les marchés noirs fourmillent et l’on peut acheter de nombreux biens et services illégaux. Les données confidentielles y côtoient les armes, la drogue, les services de piratage informatique et bien plus encore. Les autorités peinent à faire face à cette menace de plus en plus inquiétante.