L’échec de Build Back Better a une incidence négative sur le marché des semi-conducteurs aux Etats-Unis

Le non soutien du projet de loi Build Back Better par un sénateur risque de compromettre de nombreux financements aux Etats-Unis.

Les semi-conducteurs victimes de l’éventuel suspension du projet de loi

Le secteur des semi-conducteurs figure parmi les programmes touchés. En effet, Joe Manchin a refusé de voter pour une loi phare émise par le président américain Joe Biden. Une décision qui aura un impact considérable sur l’univers des semi-conducteurs qui, notons-le, subit déjà le problème quant à la pénurie de puces.

Rappelons que ce projet de loi était d’une valeur de 1,7 billion de dollars. S’étalant sur une durée de 10 ans, celui-ci était nécessaire pour que le nouveau bâtiment « Manufacturing USA Institute » soit approuvé. D’ailleurs, l’entreprise de fabrication de semi-conducteurs aurait une valeur de 150 millions de dollars. A ce projet devait s’ajouter le projet Advanced Manufacturing Investment Credit, une version plus avancée du programme Facilitating American-Built Semiconductors Act.

Les promesses du projet de loi Build Back Better

Pour information, ce projet de loi devait mener à la création d’un nouveau crédit d’impôt. De même que la construction de l’entreprise de semi-conducteurs est prévue pour janvier 2025. Selon les propos d’Ajit Manocha, PDG de la SEMI en octobre dernier, ce crédit encouragera à produire des semi-conducteurs et autres matériels similaires sur le continent américain. Cela « rendra les Etats-Unis plus compétitifs dans cette industrie vitale » souligne-t-il.

Manocha soutient cette idée et souligne l’importance de « l’inclusion d’installations de fabrication d’outils à semi-conducteurs ». Ce crédit devait, par ailleurs, bénéficier aux autres technologies renouvelables. On citera par exemple les cellules solaires ainsi que les modules, les pales, les tours, les plaquettes, le polysilicium et autres constructions offshores.

N’oublions pas que le financement promis pour ce projet de loi arpentait les milliards de dollars. Cela devait concerner « les programmes d’efficacité énergétique, le développement de carburants renouvelables, l’enlèvement des tuyaux de plomb ainsi que la mise en place d’une électricité renouvelable ».

On ajoutera également l’amélioration de l’air que nous respirons ainsi que la notion de justice environnementale. En dehors de tout cela, les crédits d’impôts pour les foyers à revenus modestes auront besoin de ces financements. Il en est de même pour les programmes du gouvernement concernant l’assurance maladie ou le projet de celui-ci à édifier une école maternelle universelle.

Joe Manchin hostile au nouveau projet de loi

Ces postes de dépenses devaient être, à l’origine, réglés par la hausse des impôts chez les entreprises et les personnes nanties. La portée de ce projet de loi était alors plus élargie que la version actuelle. Toutefois, faute des sénateurs démocrates Kyrsten Sinema et Joe Manchin, on a du réduire son volume. Alors que ce dernier acquiesce suite à sa rencontre avec Joe Biden, il annonce plus tard sur Fox News qu’il est contre ce projet de loi. Il se justifie en disant qu’à défaut de rentrer en Virginie-Occidentale, il ne pourrait tout simplement pas émettre son vote.

Sources & crédits Source : datacenterdynamics - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest