Accueil > Sécurité > Reconnaissance faciale : Hong-Kong interdit les masques aux manifestants
hong kong masques reconnaissance faciale

Reconnaissance faciale : Hong-Kong interdit les masques aux manifestants

Hong-Kong annonce que les masques seront désormais interdits pendant les manifestations. L’objectif de cette mesure est d’empêcher les manifestants de couvrir leur visage pour empêcher la reconnaissance faciale de les identifier…

Depuis la rétrocession de Hong-Kong par le Royaume-Uni à la Chine en 1997, l’île jouit d’une certaine autonomie par rapport à la Chine. Cette autonomie lui permettait jusqu’à présent de s’approcher d’un modèle démocratique par rapport au reste du pays gouverné d’une main de fer par le régime de Xi Jinping.

Malheureusement, le gouvernement de Hong Kong semble de plus en plus proche de Pékin et cherche à faire disparaître cette autonomie. C’est la raison pour laquelle de nombreux citoyens de la région manifestent depuis le mois de juin 2019.

Face à ces rassemblements, le gouvernement se montre de plus en plus répressif. Le 1er octobre 2019, les tensions se sont accentuées suite au tir à balle réelle d’un policier dans le torse d’un jeune manifestant.

La reconnaissance faciale utilisée comme une arme par la police de Hong Kong

Afin de surveiller les manifestations, le gouvernement de Hong Kong utilise la technologie de reconnaissance faciale sur ses caméras. Celle-ci permet notamment de reconnaître les manifestants pour les identifier et les arrêter à leur domicile ultérieurement.

Pour faire face à cette arme, jusqu’à présent, les rebelles étaient nombreux à porter des masques afin d’empêcher les caméras de les reconnaître. Vendredi dernier toutefois, la dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, soupçonnée par de nombreux manifestants d’être une marionnette de Pékin, a annoncé lors d’une conférence de presse que les masques seraient désormais interdits.

Plus précisément, “ toute couverture faciale risquant d’empêcher l’identification ” est à présent interdite en public. Toute personne arrêtée risquera un an de prison et une amende équivalente à près de 3000 euros.

L’objectif est à l’évidence d’empêcher les manifestants de porter des masques pour se livrer à des violences. Cependant, les manifestants portent aussi des masques pour se protéger des gaz de la police. L’annonce de cette loi a provoqué de nouveaux mouvements de colère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend