Renault et The Sandbox coopèrent pour permettre une expérience métaverse sur automobiles virtuelles

The Sandbox, la plateforme métaverse sur Ethereum, ouvre un nouveau monde d’expérience en conduite virtuelle avec la marque Renault en Corée.

Un partenariat qui permettra à Renault de plonger dans le métaverse

En acceptant de travailler avec The Sandbox, Renault Corée introduit doucement son existence dans le métaverse. Les clients pourront alors y expérimenter virtuellement les conduites de ses voitures. A cet effet, plusieurs activités virtuelles en automobile sont prévues, l’entreprise entend ainsi présenter virtuellement les produits de la marque.

Les deux parties de cet accord y gagnent un certain intérêt. Pour The Sandbox, de nouvelles expérimentations amélioreront l’univers métaverse. Et pour Renault, il pourra y avoir placement naturel de produit.

Cindy Lee, PDG de The Sandbox Korea est d’ailleurs ravie de ce partenariat. « Ce genre de collaboration devrait avoir souvent lieu. C’est une occasion pour la Sandbox de repousser les frontières. Il y a possibilité de diversifier les expériences numériques en introduisant la conduite virtuelle dans le métaverse. »

Jusqu’à présent, il n’y a pas plus de détails sur la portée de cette collaboration. C’est désormais au tour de Renault en tant qu’entreprise de s’immiscer dans le métaverse sur Ethereum. Plusieurs particuliers et d’autres entreprises y sont déjà présents.

La conduite automobile dans le métaverse

La marque Renault n’est pas l’unique entreprise automobile à vouloir combiner un marketing efficace en entrant dans le métaverse. Cette plateforme s’avère être un environnement favorable aux entreprises automobiles pour un placement de produit attractif et original. En Avril dernier, Volkswagen avait élaboré une expérience métaverse appelée « Game On ». Les clients virtuels avaient pour objectif de chasser les NFT au sein du métaverse.

Nissan, la marque japonaise, est également passé par le métaverse pour présenter Sakura. Sakura est une voiture électrique dernier cri. Nissan avait alors permis à ses clients virtuels de conduire cette voiture électrique et d’y percevoir toutes ses fonctionnalités réelles. Une expérience jugée inhabituelle par l’entreprise Nissan : « c’était une occasion sans précédent de toucher un tout nouveau public ». Et l’entreprise avait annoncé son entrain : « Nous sommes curieux pour la suite, et nous ne cesserons de rechercher de nouvelles manières introduisant le numérique pour améliorer nos produits. »

Hyundai s’est déjà lancé sur Zepeto, un autre monde métaverse, dirigé par Naver Z. L’entreprise annonçait la possibilité d’expériences de conduite à l’intérieur d’un studio de moteur virtuel dans le métaverse Zepeto.

Concernant le métaverse, très récemment, la plateforme avait fait l’objet d’une polémique. En effet, Vitalik Buterin, le fondateur de l’Ethereum avait annoncé que le métaverse de Marck Zuckerberg était voué à l’échec. Les arguments de Buterin soutenaient l’idée que les investissements massifs du créateur de Facebook n’étaient pas finalement rentables. Une critique que Zuckerberg avait réfuté. Ce dernier reconnait le dur labeur qui les attends à vouloir optimiser les expériences sur métaverse. Zuckerberg voit sur le long terme en continuant à développer sa plateforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest