Accueil > Analytics > Scandale Facebook : Cambridge Analytica ferme ses portes
scandale facebook cambridge analytica faillite

Scandale Facebook : Cambridge Analytica ferme ses portes

Suite au scandale de la fuite de données Facebook, Cambridge Analytica vient de fermer ses portes. L’entreprise révèle que la couverture médiatique désastreuse dont elle a fait l’objet au cours des derniers mois a poussé tous ses clients et fournisseurs à se séparer d’elle.

Fondée en 2013, la firme d’analyse de données Cambridge Analytica a rapidement gagné en renommée après avoir assisté Donald Trump lors de sa campagne et avoir contribué à sa victoire aux élections présidentielles américaines de 2016. Malheureusement pour elle, début mars 2018, il a été révélé que l’entreprise s’est appuyée sur des données collectées auprès de 87 millions d’utilisateurs du réseau social Facebook à leur insu.

Suite à ce scandale d’envergure mondiale, la firme vient d’annoncer sa fermeture. Selon le communiqué de presse officiel, l’entreprise britannique affiliée SCL Elections vient de se déclarer insolvable, et la procédure de banqueroute pour Cambridge Analytica débutera également très prochainement. La maison-mère, SCL Group, va elle aussi faire faillite selon le Wall Street Journal.

Scandale Facebook : Cambridge Analytica a perdu tous ses clients

cambridge analytica faillite

Cette fermeture de Cambridge Analytica et des entreprises qui lui sont liées survient après la démission du CEO, Alexander Nix, soupçonné d’avoir envisagé de piéger des politiciens pour ses clients. D’après le communiqué de la firme, « l’assaut médiatique » survenu suite au scandale aurait poussé tous les clients et fournisseurs à se séparer de la Cambridge Analytica.

La mauvaise presse générée par cette affaire serait donc la principale cause de cette banqueroute. Malgré tout, la firme continue à se défendre, assurant que l’enquête interne n’a révélé aucune pratique illégale. Ainsi, Cambridge Analytica estime avoir fait l’objet de nombreuses accusations infondées et d’avoir été diabolisée malgré le caractère légal et communément accepté de ses activités dans le domaine de la publicité en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend